Subscribe

43 vétérans de la Seconde Guerre mondiale décorés à New York

Ce 11 Novembre, 43 Américains ont reçu la légion d’honneur pour les actes héroïques qu’ils ont accomplis durant la Seconde Guerre mondiale.

« Soyons dignes de votre exemple », a lancé Sean Lynch, le proviseur du Lycée Français de New York au cours de la plus importante cérémonie de remise de la légion d’honneur jamais organisée en dehors de l’hexagone. Tous à leur manière, les 43 vétérans décorés ce 11 novembre ont aidé à « libérer la France de la tyrannie », a t-il rappelé. Ingénieurs, médecins, parachutistes, tous ont des histoires poignantes qu’ils rappellent volontiers, les larmes aux yeux, ne parvenant à contenir leur émotion.

L’ambassadeur François Delattre a souligné que « les deux pays se doivent mutuellement leur liberté ». Les Etats-Unis avec La Fayette, et la France avec les actes héroïques de tous ces combattants remerciés ce 11 novembre, et de tous ceux morts au combat, dont les noms ont été lus. Les vétérans « incarnent les valeurs communes » des deux pays, a estimé l’ambassadeur.

Enthousiasme

L’auditorium du Lycée Français était plein au point que les retardataires ont vraiment peiné à trouver où s’asseoir pour assister à la cérémonie. Enfants, petits-enfants et arrière petits-enfants avaient parfois fait des heures de route pour voir leur aïeul arborer le ruban rouge. La remise des décorations a d’ailleurs été célébrée avec un enthousiasme rare. Applaudissements longs et nourris, crépitements de flashs émanant de l’auditoire, et même des sifflements. Les élèves du Lycée français n’étaient pas les derniers à applaudir, tout en méditant sur l’exemple que leur offraient ces vétérans.

Arthur P. Miller, qui a participé à la libération du Maghreb, de l’Italie, de la France et de l’Allemagne, ne « savait pas trop à quoi s’attendre ». Mais il a trouvé la cérémonie « merveilleuse », s’exclame t-il.  « C’est l’un des plus beaux jours de ma vie », poursuit-il, « après mon mariage », ajoute t-il en enlaçant son épouse. Le docteur Sidney LaPook acquiesce. Pour se souvenir de ce jour absolument « formidable », il enchaine les photos avec tous les membres de sa famille. Son fils rappelle fièrement qu’il est encore aujourd’hui un héros dans le petit village de Batilly, où il a sauvé une vache blessée par un éclat d’obus.

 

 

 

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related