Subscribe
piaf-the-show-ad-anne-carrere-edith-carnegie-hall-new-york

70e anniversaire du Débarquement : une pluie de pétales de roses sur la statue de la Liberté

La foule était au rendez-vous au pied de la statue de la Liberté pour assister à un événement inédit. En ce vendredi 6 juin, un million de pétales de roses rouges ont été lâchés au-dessus de Lady Liberty en guise de remerciement aux Américains, dans le cadre des commémorations des 70 ans du Débarquement en Normandie.

Il y a 70 ans, les troupes américaines débarquaient en Normandie, signant le début de la libération de la France des griffes allemandes.”Les Français n’oublieront jamais”, martèle Paul Bensabat, président de l’association French will never forget, organisatrice de l’événement. “Nous désirions faire quelque chose de spectaculaire. 70 000 roses ont été achetées, 1 000 pour chaque année passée depuis la date du débarquement. La rose est le symbole de l’amour et de l’amitié. Nous l’avons utilisée pour fleurir les tombes des soldats américains inhumés en France, en déposant une rose rouge sur chacune de leurs sépultures (60 511). Elle a donc une force symbolique pour nous. Comme Lady Liberty, qui est le symbole de l’amitié franco-américaine.”

A 12h, trois hélicoptères placés autour de la statue ont libéré successivement des centaines de milliers de pétales. Ils paraissaient bien frêles à côté de la statue de 46 mètres. L’opération a été compliquée à mettre en place, selon Paul Bensabat : “Notre association a travaillé d’arrache-pied pour organiser cet hommage. Non sans mal : il a fallu plusieurs mois, et l’aide de grands sponsors, car il a été difficile de trouver les fonds nécessaires. Mais Français et Américains ont coopéré pour faire tomber tous les obstacles et rendre ce spectacle possible.”

Avant le lâcher de pétales, deux énormes drapeaux, français et américain, ont été déployés au pied de la statue par 130 élèves des deux nationalités. Après la pluie de fleurs, place aux discours, avec notamment celui de Bertrand Lortholary, consul genéral de France, et de la superintendante des parcs nationaux Shirley McKinney côté américain. Bertrand Lortholary a par la même occasion remis la Légion d’honneur à Maurice “Hank” Greenberg, 90 ans, vétéran d’Omaha Beach.

“Il fallait que nous y allions”

L’association French will never forget à remis à douze autres vétérans américains une médaille gravée, ainsi qu’une statue de la Liberté en porcelaine de Limoges. Très émus, ces anciens combattants ont exprimé leur bonheur d’être présents. John Monaco, 89 ans, parti en guerre à seulement 18 ans vers les côtes françaises, raconte avoir accompli un devoir. “Nous avons fait ce que nous avions à faire. Il fallait que nous y allions ! Ce qui se passe aujoud’hui est magnifique, tout cet amour qui se dégage… je suis très heureux d’être là”, dit-il les larmes aux yeux.

Afin d’honorer les vétérans américains et les soldats tombés au combat, la Fédération des Anciens Combattants Français était également présente, drapeaux en main. Joseph Crouzilhat, vice-président et ancien combattant en Algérie, vivant aujourd’hui dans le Queens, exprime sa fierté. “C’est un honneur d’être là. Nous sommes heureux de représenter la France et  surtout, de pouvoir dire merci !”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related