Subscribe

A Fukushima, des prières mais aussi de la colère contre l’énergie nucléaire

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dimanche dans la préfecture de Fukushima (nord-est du Japon) pour réclamer l’abandon de l’énergie nucléaire, au moment où l’archipel marquait le premier anniversaire du tsunami à l’origine de la plus grave catastrophe nucléaire dans le monde depuis 25 ans.

Des cérémonies du souvenir ont côtoyé des manifestations antinucléaires un peu partout dans cette province, où on estime à 160 000 le nombre de personnes ayant de gré ou de force fui leur habitation après le très grave accident survenu à la centrale Fukushima Daiichi. Environ 16 000 participants, dont des résidents locaux, des réfugiés, des militants, ainsi que des enfants et des étrangers, se sont rassemblés dans un stade de base-ball de Koriyama, ville située à une soixantaine de kilomètres du complexe atomique.

Les manifestants ont appelé à l’abandon de l’énergie nucléaire et réclamé l’indemnisation totale des victimes par l’opérateur de la centrale, Tokyo Electric Power (Tepco). “Notre ville est devenue un autre Tchernobyl”, a crié dans un mégaphone Masami Yoshizawa, qui dirigeait une ferme d’élevage à Namie, à 10 kilomètres seulement de la centrale. “Nous sommes aujourd’hui au désespoir, mais je reviendrai dans ma ville même si ça doit prendre le reste de ma vie”, a-t-il promis, juché sur le toit d’un véhicule sur lequel étaient affichées des photos de ses vaches gisant dans leur enclos.

Un groupe de moines vêtus de robes brunes et blanches psalmodiaient des soutras bouddhistes au côté de militants brandissant des pancartes sur lesquelles était écrit: “Nous n’oublierons jamais le Grand séisme du 11 mars. Nous ne pardonnerons jamais l’accident nucléaire.” “Fukushima est un peu plus oublié chaque jour”, a regretté Yumiko Ono, une graphiste de 34 ans venue de Tokyo. “Si nous n’élevons pas nos voix en ce moment, un autre accident pourrait se produire. Nous voulons dire au monde que la crise et les difficultés se poursuivent toujours,” a-t-elle ajouté.

Malgré leur colère, les opposants à l’énergie nucléaire ont tenu à observer une minute de silence à 14h46, à l’instant exact où un méga-séisme de magnitude 9 s’est produit au fond de l’océan Pacifique, projetant sur la côte des vagues gigantesques qui ont tout balayé sur leur passage. L’alimentation électrique et les systèmes de refroidissement des réacteurs de la centrale de Fukushima, bâtie au bord de la mer, ont été complètement noyés, entraînant une fusion du combustible et des rejets radioactifs dans l’atmosphère.

Les manifestants, les mains jointes, se sont recueillis à la mémoire des victimes, alors qu’une sirène lointaine retentissait au-dessus du stade où les banderoles claquaient sous l’effet du vent. Après la prière, un cortège a défilé dans les rues de la ville, avant que des milliers de bougies ne soient allumées pour honorer la mémoire des victimes du tsunami.

La population japonaise ne décolère pas depuis l’accident de Fukushima et éprouve une méfiance croissante à l’égard des 54 réacteurs installés au Japon, dont deux seulement sont encore en activité. Mais les experts mettent en garde contre l’abandon total de l’énergie nucléaire et le coût élevé que représenterait l’importation d’énergies fossiles pour un Japon dépourvu de ressources et dépendant de l’extérieur.

Shinichiro Takiguchi, de l’Institut de recherche du Japon, estime que la fermeture des centrales nucléaires nippones n’est pas tenable longtemps. “Le consensus général à long terme est de réduire l’usage de l’énergie nucléaire”, mais pas de l’abandonner, a-t-il dit. “Il est plus raisonnable d’augmenter le recours aux autres sources d’énergie et de réduire graduellement la part nucléaire tout en imposant des mesures de sûreté supplémentaires.”

Depuis la catastrophe de Fukushima, la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis ont confirmé la construction de nouveaux réacteurs, tandis que la Chine et l’Inde ont l’intention d’en mettre en chantier des dizaines dans les prochaines années.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related