Subscribe

A Las Vegas, le Moulin Rouge symbole d’une autre époque

Le Moulin Rouge de Las Vegas est en phase de démolition pour des raisons de sécurité. Une association se bat pour préserver le site et souhaite créer un musée dédié à cet hôtel-casino copié sur le cabaret parisien, qui fut le premier ouvert aux Noirs en 1955.

Le 21 juillet dernier, le conseil municipal de Las Vegas a décidé de démolir le célèbre hôtel-casino du Moulin Rouge, pour des raisons de sécurité. En effet deux incendies, en 2003 et en 2009, avaient fortement fragilisé la structure des fondations et rendait le site dangereux. En mai dernier pourtant, les murs auraient fêté leur 55e anniversaire. Le casino, lui, n’aura en réalité fonctionné que six mois, de mai à novembre 1955, avant que ses propriétaires ne fassent faillite. Une durée d’ouverture courte mais qui aura symbolisé une avancée dans l’histoire de la ségrégation, puisque pour la première fois aux Etats-Unis, des Noirs américains pouvaient s’accouder aux tables de jeux.

« Un coup dur » pour la communauté noire de Las Vegas

Alors, difficile pour Katherine Duncan, la présidente de l’association « Moulin Rouge, musée et centre culturel », qui œuvre pour la préservation du site, d’accepter la disparition du monument, intégré en 1992 au registre national des lieux historiques.  « C’est un coup dur contre la communauté noire. Cette propriété était devenue un lieu de rassemblement et le symbole de l’égalité pour tout le monde. Nous voulions tellement que quelqu’un ramène les jours de gloire dans le quartier et du travail avec l’ouverture un nouveau Moulin Rouge. » Espoirs avortés.

Aujourd’hui donc, elle veut construire un casino-musée pour ne pas oublier ce passé. L’association vient d’acheter la Harrison Boarding House, – une maison dans le quartier de Westside de Las Vegas connue pour avoir hébergé de nombreux artistes – , afin d’y exposer les photos et autres témoignages de ces six mois d’activité. Et pour cela, elle essaie de se constituer un stock d’archives rappelant l’œuvre d’Afro-Américains qui avaient ouvert la voie dans la lutte pour les droits civiques dans les années 50. Katherine Ducan attend désormais une réponse de la ville afin de savoir si cette résidence privée pourrait être ouverte au public dans les mois à venir. Une réponse qui semble tarder.

De l’autre côté de l’Atlantique, le Moulin Rouge parisien s’associe à ce travail de mémoire. Une des employées chargée de l’image de l’entreprise, qui a souhaité garder l’anonymat, s’est même rendue cet été dans la Cité des péchés pour fournir des documents  à l’association américaine. «  Clarence Robinson, le directeur artistique du Moulin Rouge de Las Vegas, avait été directeur artistique du New York Cotton Club, spectacle à l’affiche chez nous  pendant un an en 1937. Bénéficiant de la grande estime des propriétaires du cabaret français, il a eu l’idée de créer le casino et l’hôtel avec, entre autres, le jazzman Benny Carter, qui a joué le soir de l’ouverture. »

Et en 1955, le nom de l’établissement n’était pas le seul à rappeler la France dans ce coin de l’Amérique. Sur la devanture de cette réplique du Nevada et sur ses jetons scintillait la Tour Eiffel, le menu faisait la part belle aux saveurs françaises, le personnel était habillé avec des uniformes copiés sur le modèle de la Légion étrangère tricolore et le bar décoré avec des fresques rappelant celles de Toulouse-Lautrec. La revue, Tropi Can Can, chorégraphiée par Clarence Robison s’inspirait également du French Cancan dansé sur la scène parisienne.

«  Il existe aujourd’hui un seul Moulin Rouge, à Paris »

« Mais aujourd’hui », souligne la responsable de la marque française, « l’établissement se situe près d’un carrefour de bretelles d’autoroute. C’est un no man’s land avec des hangars autour, presque un coupe-gorge. » Toujours selon cette représentante, s’il est important de garder la trace de l’existence de cet homonyme américain, les murs délabrés n’avaient plus de raison d’être conservés. « Que ce lieu renaisse n’aurait pas forcément été une bonne idée : il appartient désormais au passé et il existe aujourd’hui un seul Moulin Rouge, à Paris. Si celui de Las Vegas a été appelé comme cela grâce à nous, les  drames et incidents qui y ont pris place depuis ne nous ont pas vraiment fait une bonne publicité. »

Des restes des murs du Moulin Rouge subsistent encore désormais, mais le faste du passé a depuis longtemps fait place au vide d’un établissement presque fantôme, surveillé par un gardien.  Déjà en mai 2009, l’enseigne rouge vif- dont le graphisme fut signé de célèbre créatrice Betty Willis-  avait été décrochée pour être exposée au Musée du néon de Las Vegas. Une œuvre d’art que l’association présidée par Katherine Duncan, aimerait beaucoup récupérer. « Vous savez, le talent des Noirs américains a été exploité, et mettre ce néon dans un musée à l’autre bout de la ville, alors que les descendants de ceux qui ont fait vivre le Moulin Rouge ne peuvent se payer ni le trajet, ni l’entrée pour la voir, ce n’est pas juste. »

La société Olympic Coast Investment Inc., l’actuelle propriétaire basée à Seattle, qui posséde la licence de jeu, a mis les lieux en vente.  « Le site pourrait redevenir un casino, mais nous n’avons pas eu de récentes propositions émises par de potentiels acheteurs », déclare John Hoss le PDG. Selon lui, certains débris issus de la destruction des locaux pourraient être donnés si l’association qui milite pour la sauvegarde de ce patrimoine en fait la demande.

Loin des paillettes du Strip, au nord-ouest de la ville, dans le quartier historique de la communauté noire, le bal des grues et des pelleteuses a remplacé le tintamarre des jetons de jadis. La totalité du casino, dont la tour blanche emblématique, a été détruite, laissant les dépendances adjacentes de l’hôtel  intactes mais orphelines.  Le prochain défi sera donc de raviver les souvenirs que renferment les gravats du 900 West Bonanza Road. «  Avec le Moulin Rouge de Las Vegas », insiste l’ambassadrice de la grande scène de music-hall de Pigalle, « il y a une histoire à faire vivre, dans cette ville qui n’en a pas vraiment ».

Pour en savoir plus :

www.moulinrougemuseum.org

http://www.lasvegasnevada.gov/TextOnly/FactsStatistics/4698.htm

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related