Subscribe

Après un fait-divers sordide, une communauté soudée autour de la French Academy of Minnesota

Un Français, professeur d’informatique à la French Academy of Minnesota, a été mis en examen et écroué jeudi à Angers pour viols et agressions sexuelles sur six mineurs aux États-Unis. ll avait fui la ville de Saint-Louis Park afin d’échapper à la police americaine. Selon la directrice  de l’école, Véronique Liebmann, qui a réagi très rapidement après la révélation des faits en juin dernier,  les cours ont repris en septembre “sous le signe de la confiance”, malgré le traumatisme.

Recherché par la police américaine dans le cadre d’une affaire de pédophilie, Adrien Massy a été interpellé mardi 21 septembre à Angers après trois mois de cavale. Le Français s’était enfui de l’Etat du Minnesota le 10 juin, juste avant qu’un mandat d’arrêt ne soit lancé contre lui. Quelques jours auparavant, 6 enfants inscrits à un camp  linguistique à Bemidji l’avait dénoncé. Parti d’abord en Islande, l’homme est ensuite rentré en France le 30 juin. Selon le Courrier de l’Ouest, Adrien Massy serait revenu à Angers, sa ville d’origine, sur les conseils d’un avocat américain, afin de  profiter du fait que la France ne peut extrader ses ressortissants pour des faits de crimes sexuels commis à l’étranger. L’homme a aussitôt été mis en examen pour viols, agressions sexuels, corruption de mineurs et captation d’images pédophiles. Les quatre familles des enfants concernés avait déposé plainte auprès des hommes du SRPJ d’Angers venus les entendre à Orly cet été.

Installé aux Etats-Unis depuis deux ans, Adrien Massy travaillait à la French Academy of Minnesota (FAM), une école privée bilingue située dans la ville de St. Louis Park, où étaient inscrites les victimes. D’abord recruté comme stagiaire il avait obtenu un poste d’enseignant en informatique en 2009/2010. “Toutes les démarches nécessaires liées à l’embauche d’un employé avaient été suivies, en France et aux US, avec contrôle des références professionnelles et extraits de casier judiciaire” , explique la fondatrice et directrice de la FAM, Véronique Liebmann dans un courriel.
Si les faits n’ont éclaté que pendant la tenue d’un camp linguistique de Concordia Language Villages début juin, à Bemidji, dans le Minnesota, certaines victimes affirment que certains actes de pédophilie remonteraient à deux ans. Selon Me Rouiller, avocat des victimes interrogé par l’AFP, “le camp a été révélateur, il a été trop loin et les enfants sont revenus très mal à l’aise du camp, ce qui a alerté les parents”. 
Les familles des victimes, qui résident aux Etats-Unis, sont deux familles américaines, une franco-américaine et une famille française expatriée, a indiqué l’avocat. La famille française hébergeait Adrien Massy. “Elle s’est sentie trahie”, a affirmé Me Rouiller. Selon l’avocat d’Adrien Massy, Me Alain Fouquet, cité par Le Courrier de l’Ouest, il a entrepris depuis “des soins psychiatriques (…) avec une réelle volonté de comprendre et de se soigner”. Me Rouiller, au contraire, l’a accusé d’avoir “une attirance pédophilique ancienne et installée qu’il n’a jamais cherché à soigner”.
En effet, il s’est avéré, trop tard, que le jeune homme avait des antécédents. Selon la procureure, après son interpellation, Adrien Massy a reconnu spontanément des faits anciens d’attouchements sur des enfants commis à Angers. “On connait maintenant l’existence de deux victimes francaises précédant son départ aux USA, précise Véronique Liebmann. Les familles des victimes n’ont jamais porté plainte, et par conséquent aucune information n’a jamais pu engendrer de suspicion”, regrette-t-elle.
Le chef d’établissement, en apprenant les allégations à l’encontre d’Adrien Massy, l’a immédiatement démis de ses fonctions, lui confisquant son ordinateur et son appareil photo.  “J’ai pris tous les contacts nécessaires auprès des services de protection infantile et des polices locales, coopérant étroitement avec les autorités locales, poursuit Véronique Liebmann dans le même courriel. J’ai informé les familles de la nature des allégations et organiseé plusieurs réunions pour répondre aux questions et rassurer les familles, en coopération avec un représentant légal de la French Academy, un officier de police et une représentante d’une organisation de protection infantile.”

L’arrestation d’Adrien Massy intervient trois mois après les faits et quelques semaines après l’ouverture de l’école dans de nouveaux locaux. “Notre communauté toute entière, dont les pensées vont aux victimes et à leurs familles, s’est réunie sous le signe de la confiance pour commencer une nouvelle année scolaire, ” conclut la directrice.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related