Subscribe
gad-elmaleh-ad-us-tour-stand-up-comedy

Au coeur de l’Amérique, d’irréductibles écrivains gaulois

Poète cajun en Louisiane, romancière acadienne du Nouveau-Brunswick, écrivain du Manitoba et beaucoup d’autres plumes participent au succès d’une littérature méconnue, celle qui s’écrit dans les enclaves francophones minoritaires d’Amérique du Nord, en plein océan anglophone.

Souvent associée à tort à sa grande cousine québécoise, qui lui porte parfois ombrage, cette littérature riche et variée, ancrée dans la modernité depuis plus de 50 ans, possède pourtant sa propre personnalité. Elle est le fruit de dizaines d’auteurs qui persistent, envers et contre tout, à vivre et à écrire en français, la langue qui est le fondement identitaire historique de leur “américanité”. Résolument contemporaine, cette littérature se conjugue aussi bien en français standard qu’en puisant dans les parlers et accents des confins de cette Amérique francophone, toujours riche de plus d’un million de personnes à l’extérieur du Québec.

Des plaines du Manitoba aux forêts du nord de l’Ontario, dans le centre du Canada, en passant par les régions acadiennes du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Ecosse, jusqu’en Louisiane, dans le sud des Etats-Unis, ses artisans disposent de leurs propres maisons d’édition: Editions des plaines ou Editions du Blé à Saint-Boniface (Manitoba), Prise de parole à Sudbury (Ontario), Perce-Neige à Moncton (Nouveau-Brunswick) ou Le Tintamarre (Louisiane). Ces éditeurs publient quelques dizaines de nouveaux titres chaque année, faisant connaître des voix originales.

“C’est vrai qu’on est loin, le bassin de rayonnement est petit”, confie, à plus de 2 000 km de Montréal, Roger Léveillé. Mais pour ce Franco-Manitobain, le succès d’un écrivain en milieu minoritaire se mesure plus “à l’accueil que lui réserve la critique qu’à ses ventes”.

A cette aune, le succès de ce bientôt septuagénaire, au nom de plume “J.R. Léveillé” est immense : auteur d’une trentaine de romans, essais et recueils de poèmes depuis plus de 40 ans, il continue d’accumuler les prix littéraires, comme avec la traduction en anglais, en 2011, de son roman le plus connu, Le soleil du lac qui se couche (The Setting Lake Sun).

Le bilinguisme fait renaître la littérature française

Succès aussi étincelant pour France Daigle avec son inclassable mais captivant roman Pour sûr, qui fait honneur au “chiac”, ce patois du sud-est du Nouveau-Brunswick, mélange de vieux français acadien, français et anglais. Réflexion sur les langues, leurs origines, leur mort, Pour sûr a décroché cinq récompenses depuis 2011, dont le prestigieux prix du Gouverneur général du Canada.

“Il se passe plein de choses ici”, s’enthousiasme Monika Boehringer, qui enseigne la littérature acadienne à des anglophones, à l’université Mount Allison au Nouveau-Brunswick. “La relève est active et publie!”. Elle évoque en particulier la jeune Georgette LeBlanc de Pointe-à-l’Eglise, en Nouvelle-Ecosse, dont les longs poèmes narratifs (AlmaAmédé et Prudent) font revivre des personnages oubliés de l’Histoire, plus grands que nature.

La Louisiane n’est pas en reste : le poète cajun Kirby Jambon vient de remporter un prix de l’Académie française pour son recueil Petites communions. “Un poète cajun, c’est incroyable!”, s’extasie Béatrice Germaine. “Le français en Louisiane a sauté une génération” après son interdiction, pendant plus de 50 ans, dans les écoles publiques jusqu’en 1968, rappelle la chargée de mission culturelle au consulat de France à La Nouvelle-Orléans.

Aujourd’hui le français renaît dans cet Etat du sud, grâce aux écoles d’immersion apparues vers la fin des années 1980, favorisant le développement d’une littérature portée par une poignée d’écrivains, estime Béatrice Germaine, installée en Louisiane depuis 18 ans.

“Maintenant tout le monde chante les louanges du bilinguisme”, raconte depuis Lafayette, David Cheramie, poète qui a dû réapprendre la langue de ses ancêtres dans les années 1980 avant de pouvoir publier ses recueils de poésie Lettre à mère et Julie Choufleur, et qui travaille maintenant sur un roman. France Daigle, Roger Léveillé, David Cheramie et bien d’autres écrivains francophones et anglophones d’Amérique du Nord sont invités au Festival America qui se tiendra à Vincennes, près de Paris, de jeudi à dimanche.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related