Subscribe

Au Texas, les Français votent Romney pour l’économie et Obama pour son bilan

Tous deux expatriés de longue date, travaillant l’un comme l’autre dans le secteur énergétique, Miriam Caruso et Marc Duff* n’ont pas choisi le même candidat pour l’élection présidentielle. Pourtant, ces deux Franco-Américains de Houston donnent priorité à la relance économique et préfèrent le modèle américain au français.

Mitt Romney pour réveiller l’Amérique…

Arrivée aux Etats-Unis dans les années 1970, Miriam Caruso* se sent “plus républicaine que démocrate”. Certes, elle n’a pas voté pour George W. Bush, ni en 2000, ni en 2004. Et si Hillary Clinton avait été la candidate démocrate en 2008 ? “J’aurais voté pour elle”, assure la Franco-Américaine. “Barack Obama ne m’inspirait pas confiance. Pas à cause de sa couleur de peau. Plutôt de son langage corporel. Mais je croyais en elle, car je pense qu’elle comprend beaucoup mieux les mentalités, des démocrates comme des républicains“.

Miriam n’apprécie donc pas Obama… “En quatre années, il aurait pu créer quelque chose en dépit de la crise”. Il ne l’a pas fait, estime-t-elle. “C’est possible aux Etats-Unis. Quand ils se retrouvent au chômage, les gens n’hésitent pas à rebondir en faisant la plonge ou en vendant des hamburgers !” Or, depuis quatre ans, Miriam Caruso a “l’impression que les gens recommencent à s’assoupir. Certains restent au chômage et vivent des allocations”.

Alors un homme d’affaires tel que Mitt Romney pour gérer le pays, cela lui paraît le bon choix. “Comme tout le monde, ce n’est pas un saint. Mais ce qu’il a fait [quand il travaillait pour le fonds de pension Bain Capital], c’est s’acquitter de son travail, ni plus ni moins. L’économie va mieux quand les Républicains sont au pouvoir. Nous avons besoin d’un homme d’actions qui fasse passer le marché d’abord”.

La Franco-Américaine rejette catégoriquement l’intervention de l’Etat dans les domaines économique et social. “J’ai grandi dans un pays où la liberté d’expression n’était pas complète. Je pense qu’il faut aider les pauvres. Mais sans que cela coûte trop à l’Etat, en mettant l’accent sur les incitations à retrouver un travail. Et je ne veux pas que l’Etat vienne me dire quels médicaments je dois prendre ni à quelle assurance maladie je dois souscrire”.

Barack Obama pour son bilan !

Arrivé au Texas il y a douze ans, après avoir travaillé en Norvège, dans différents pays africains et en Australie, Marc Duff* vient d’obtenir la nationalité américaine. Ayant voté “toute sa vie”, ce quinquagénaire originaire de l’Est de la France vient donc de voter en Amérique pour la première fois. “J’ai voté Barack Obama car j’ai un très grand respect pour son parcours. Comme Mitt Romney, il a fait Harvard. Et comme lui, il aurait pu s’orienter vers un métier où il aurait gagné beaucoup d’argent. Au lieu de cela, il s’est occupé des pauvres de Chicago.”

“Comme la majorité de la population américaine, je pense qu’il faut aider les plus démunis, poursuit Marc Duff, par exemple en dotant ce pays d’une assurance maladie universelle, en espérant que cela ne se transforme pas en machine gigantesque comme en France, où l’on permet aux gens de vivre dans la dépendance toute leur vie. Ce n’est pas ce que soutient le parti démocrate, dont les positions sont plus proches de l’UMP que celles du PS français”.

Marc Duff estime par ailleurs que Barack Obama a globalement “tenu ses promesses. La crise est passée par là. Mais il s’est beaucoup donné pour maintenir l’activité industrielle dans le Nord”. Et pour ce Franco-Américain, le président sortant “suscite toujours le même espoir. Certes, la campagne actuelle ne suscite pas la même frénésie qu’en 2008. Mais Barack Obama a été élu pour ses idées et le même état d’esprit l’anime toujours. En juin, je pensais qu’il serait réélu brillamment. Même si Romney l’a depuis dépassé dans les sondages, cela ne veut pas dire que le républicain va gagner, car Obama est en tête dans des Etats clés”.

Même si le Président sortant n’a pas mis fin au conflit en Afghanistan, comme promis en 2008, et que beaucoup de questions restent en suspens en Irak, la promesse de Barack Obama de mettre fin aux guerres semble également décisive pour Marc Duff. “Cela représente des économies considérables. Mitt Romney présente cela comme des subventions pour relancer l’activité, mais il ne dit pas comment il va financer, alors que l’action d’Obama en faveur de la relance est aussi quelque chose de très fort.”

Le Texas de moins en moins républicain

Les Texans ne votent pas tout à fait comme le reste du pays. Le dernier sondage réalisé pour l’université du Texas et le Texas Tribune a confirmé la nette avance du candidat républicain sur le président sortant. Du coup, au niveau local, l’élection la plus déterminante est souvent la primaire républicaine. Mais pour les scrutins nationaux, les forces en présence sont les mêmes que dans le reste du pays. Celles des démocrates sont simplement plus faibles qu’ailleurs.

Toutefois le Texas change. Les maires de toutes les principales villes sont démocrates. La maire de Houston est démocrate et lesbienne, ce qui ne l’empêche pas d’être très appréciée des démocrates comme des républicains. “Cela montre l’ouverture des Texans, qui sont avant tout pragmatiques”, se réjouit Marc Duff.

Miriram Caruso aussi soutient l’action de la maire de Houston en faveur du développement économique de la région. Mais elle trouve que le Texas perd sa spécificité. “Beaucoup de gens n’ayant pas la mentalité texane sont arrivés d’autres Etats, car l’économie va mieux ici”.

Pour les Français, souvent catalogués démocrates, cela faciliterait la participation au débat politique, car le dialogue partisan est limité. Mais Miriam Caruso craint que cela ralentisse la dynamique économique texane.

*A la demande des interviewés, souhaitant protéger le secret de leur vote, les noms ont été changés.

TexasFamiliesBlog.wordpress.com

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related