Subscribe

Babar au musée

Retour en enfance : une exposition, qui s’ouvre le 19 septembre à la Morgan Library de New York, révèle les premiers dessins de Babar et rend hommage à l’éléphant préféré des enfants, oeuvre du dessinateur français Jean de Bruhnoff.

Laurent de Brunhoff, 83 ans, était visiblement ému jeudi en contemplant les planches dessinées par son père et exposées à la Morgan Library à New York. Il se souvient : «J’avais 6 ans quand j’ai entendu l’histoire (de Babar) pour la première fois ». La saga de Babar est une histoire familiale : cette figure qui a bercé des générations d’enfants est le fruit d’une transmission de père en fils. En 1930, c’est Cécile de Bruhnoff qui invente l’histoire du petit éléphant et la raconte à ses deux enfants au coucher. Son mari, le peintre Jean de Brunhoff la met ensuite en images.

Le premier tome est un récit d’apprentissage : un éléphanteau nu et orphelin arrive à la ville et s’installe chez une vieille dame bienveillante. Après une visite de circonstance dans les grands magasins et quelques aller-retours dans les ascenseurs modernes de l’époque, il apprend à se vêtir correctement (de son fameux costume vert) et adopte des mœurs citadines civilisées. De retour dans la jungle, bien accompagné, il deviendra roi.

Sept volumes d’aventures suivront, qui connaîtront un succès immédiat et durable en France et à l’étranger. A la mort du dessinateur en 1937, c’est son fils Laurent qui reprend le pinceau, en préservant l’unité de ton, l’univers visuel et les valeurs du débonnaire pachyderme: persévérance et espièglerie. Parmi les 37 livres qu’il publiera, on retrouve toutes les bestioles du royaume (Céleste, Zéphire, Séraphine) et le trait rêveur qui a bercé les tout petits depuis 80 ans.

L’exposition de la Morgan Library, Drawing Babar : Early Drafts and Watercolors présente une donation de 170 planches, manuscrits originaux et aquarelles. Deux salles mettent en lumière la genèse de l’œuvre avec, d’un côté le premier livre, Babar le petit éléphant (1931) de Jean de Brunhoff accompagné de croquis, et dans la deuxième, la relève prise par son fils Laurent en 1946 avec le facétieux Babar et ce coquin d’Arthur. L’imaginaire de l’époque, chapeaux melons et avions à hélices, qui imprègne cette icône de la littérature enfantine, ne s’est guère démodé. L’organisatrice de l’exposition, Christine Nelson, a souligné la grâce qui lie, chez Brunhoff, le texte et l’image. Même si Laurent a tout fait pour prolonger le style de son père, le travail du trait du crayon chez l’un, de la peinture chez l’autre, sont bien distincts.

« En France, on trouverait ça surprenant que Babar soit dans un musée », a remarqué Laurent de Brunhoff, qui vit depuis vingt ans entre New York et la Floride avec sa femme, américaine. Babar s’est d’ailleurs lui aussi américanisé: le dessinateur vient ainsi de publier un nouvel opus, Babar’s USA, en anglais.

Infos pratiques

Drawing Babar : Early Drafts and Watercolors à la Morgan Library, du 19 septembre 2008 au 4 Janvier 2009.
225 Madison Avenue, New York.
Tel : 212 685 0008

Laurent de Brunhoff sera présent à la Morgan Library le samedi 20 septembre à 13h.
Le journaliste francophile du New Yorker Adam Gopnik donnera une conférence sur l’imagination française le 6 novembre.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related