Subscribe

Benjamin Franklin à Paris

Pour la première fois depuis 1956 une exposition rend hommage au diplomate américain, inventeur du paratonnerre

 

« Franklin avait paru à la Cour avec le costume d’un cultivateur américain; ses cheveux plats sans poudre, son chapeau rond, son habit de drap brun contrastaient avec les habits pailletés, brodés, les coiffures poudrées et embaumantes des courtisans de Versailles. Cette nouveauté charma toutes les têtes vives des femmes françaises. On donna des fêtes élégantes pour le docteur Franklin, précédé de la renommée d’un des plus habiles physiciens dont les vertus patriotiques lui avaient fait embrasser le noble rôle d’apôtre de la liberté (…). Jusque dans le palais de Versailles, à l’exposition des porcelaines de Sèvres, on vendait sous les yeux du roi le médaillon de Franklin ayant pour légende : Eripuit caelo fulmen, sceptrumque tyrannis (Il a ravi au ciel la foudre et le sceptre aux tyrans). » C’est ainsi que Madame Campan dans ses Mémoires sur la reine Marie-Antoinette évoque la présentation de Benjamin Franklin, ministre plénipotentiaire de la jeune Amérique, à la cour de Louis XVI à Versailles. Le musée Carnavalet à Paris revisite cet épisode de l’histoire franco-américaine dans une exposition qui réunit 340 peintures, sculptures, objets et documents provenant des collections du musée mais aussi de la Bibliothèque nationale de France, du Château de Versailles ou du musée national de la coopération franco-américaine de Blérancourt. L’homme, né à Boston le 17 janvier 1706, a une vie assez riche pour fasciner un public varié. Éditeur il se rend célèbre aux États-Unis avec son almanach du Poor Richard. Savant, il travaille sur l’électricité et invente en 1753 le paratonnerre. À ce titre il sera d’ailleurs reçu comme membre étranger à l’Académie royale des Sciences de Paris en 1773. Enfin, homme politique, il négociera lors de son séjour parisien le Traité de paix de Versailles qui mettra fin à la guerre d’Indépendance. L’exposition rend compte des multiples facettes de Benjamin Franklin, du franc-maçon participant activement au Paris du Siècle des Lumières à l’amoureux des femmes, fréquentant les salons de la société parisienne, et rend hommage à ce grand personnage, acteur de premier plan dans la relation franco-américaine.

Exposition Un Américain à Paris 1776 – 1785, du 5 décembre 2007 au 9 mars 2008

Retrouvez toutes les informations sur www.carnavalet-paris.fr

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • La galerie des GlacesLa galerie des Glaces On connaît les chiffres : 73 mètres de long, 10,5 mètres de large, 17 fenêtres, 17 arcades, 357 miroirs…, mais mieux vaut écouter Madame de Sévigné - dont la Correspondance est […] Posted in Culture
  • Des trésors royaux du Louvre à San FranciscoDes trésors royaux du Louvre à San Francisco Les objets d'arts décoratifs, qui datent de l'époque de Louis XIV à la Révolution française, sont exposés jusqu'en mars prochain. La riche histoire de l'Ancien Régime s'invite en […] Posted in Culture