Subscribe

Bernard-Marie Koltès revisité

Six pièces du dramaturge français seront traduites et montées au « 7 Stages » de Atlanta dans le cadre du « US Koltès Project ». La première d’entre elles, Dans la solitude des champs de coton, est actuellement à l’affiche jusqu’au 18 mai sous la direction du metteur en scène français Éric Vigner.

C’est la première étape du US Koltès Project qui a pour ambition de monter six pièces de Koltès sur dix ans, en anglais, en offrant au passage une nouvelle traduction de toute l’oeuvre de ce dramaturge français décédé en 1989.

Si Bernard-Marie Koltès fait l’objet d’une grande popularité en Europe – un auteur qui, comme le souligne Le Monde, est devenu “un classique de nos temps” – il reste peu connu du grand public américain. Et ce malgré les efforts de quelques metteurs en scène qui ont essayé d’introduire cette oeuvre complexe qui pose des questions sur notre existence, le rapport à l’autre, le désir et l’abandon.

Déjà à Atlanta, en 2001, l’équipe de Del Hamilton, directeur artistique du 7 Stages, connu localement comme un théâtre expérimental, montait Combat de nègre et de chiens, en anglais, sous la direction du metteur en scène français, Arthur Nauzyciel. La pièce fut bien accueillie par le public et la critique et partit en tournée dans plusieurs théâtres de France, se faisant remarquer au festival d’Avignon.

Puis en 2003, un festival Koltès présentait à Soho (New York) quatre pièces du dramaturge, dont Quai ouest, une oeuvre inspirée par un séjour aux États-Unis. Les organisateurs de ce festival ont utilisé de nouvelles traductions des textes de Koltès et tenté de les publier. Mais ils se sont heurtés à un écueil. Le frère du dramaturge, François Koltès, ayant droit de Bernard-Marie, refusait leur publication, estimant qu’elles ne rendent pas justice aux textes français.

Un travail de longue haleine

Entre en scène Isma’il Ibn Conner, acteur et directeur associé au 7 Stages d’Atlanta qui fut un des principaux acteurs de Combat de nègre et de chiens. En 2006, il rencontre François Koltès et lui propose de mettre en scène et de traduire Dans la solitude des champs de coton. Ce dernier, toujours exigeant, y et des conditions. “Je ne veux pas quelqu’un qui traduise uniquement le texte“, lui aurait répondu François Koltès. “Je veux quelqu’un qui traduise tout, et pas seulement ses pièces de théâtre, mais également
ses deux romans (dont un qui n’a jamais été publié), ses essais et ses correspondances
“.

Finalement la confiance s’établit entre les deux hommes, une amitié se forme, et prend vie The US Koltès project. Pour Isma’il Ibn Conner, le projet conçu à Atlanta veut résolument se distancier de ce qui s’est fait à New York. Il s’agit d’un projet de longue haleine qui a l’ambition de révéler l’oeuvre de Koltès de manière exhaustive. L’acteur s’y est engagé comme on entre en religion, avec une totale dévotion. “J’ai decidé de consacrer le reste de ma carrière à Koltès“, confie cet acteur afro-américain à la stature imposante. “Ce projet est quelque chose de très personnel. J’ai l’impression de faire partie de la famille Koltès“. Il écrit dans son blog: “François Koltès est comme mon père, je le respecte et ai confiance en ses conseils“.

Mais comment traduire une œuvre si complexe lorsqu’on ne connaît que des rudiments de français ? Isma’il Ibn Conner avoue qu’il ne savait ni lire ni parler français avant de travailler sur Combat de nègre et de chiens. L’objectif n’est pas tant d’être fidèle au texte lui même – “Toute traduction est par définition une trahison” –, explique-t-il, mais d’être fidèle à son esprit et à l’écriture singulière de Koltès. Il souligne l’importance d’être un acteur pour pouvoir traduire le texte “de l’intérieur”. L’idée du projet Koltès, qui a reçu le soutien de la France par le biais des organisations Étant donnés et FACE, est également de rapprocher artistes français et américains. Pour chaque représentation, l’équipe française sera invitée en résidence dans une université américaine pour approfondir le travail du texte et de la mise en scène. À long terme, le théâtre 7 Stages envisage de devenir le lieu de résidence des oeuvres du dramaturge français.


Les six pièces de Koltès

Dans la solitude des champs de coton, mise en scène Éric Vigner, directeur artistique du centre dramatique de Bretagne

Tabataba et La Nuit juste avant les forêts, mise en scène Philip Boulay

Quai Ouest et Sallinger, mise en scène Arthur Nauzyciel, du Centre Dramatique National d’Orléans

Le jour des meurtres dans l’histoire d’Hamlet, mise en scène Thierry de Peretti


Dans la solitude des champs de coton
In the Solitude of Cotton Fields

Au « 7 Stages » d’Atlanta
Jusqu’au 18 mai
Informations et réservations :
Tél. : 404 523 7647
www.7stages.org

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Kitsuné prend ses marques à New YorkKitsuné prend ses marques à New York Avis aux fashionistas... Kitsuné pose ses valises à New York ! La marque parisienne ouvrira les portes de sa nouvelle boutique, jeudi 19 avril au NoMad Hotel sur Broadway. La Maison […] Posted in Culture
  • La rhinocérite fait des ravages aux Etats-UnisLa rhinocérite fait des ravages aux Etats-Unis Le rhinocéros d’Eugène Ionesco a la peau dure. La pièce culte, conçue en 1959 dans une Roumanie en pleine dérive fasciste, revient à la charge du totalitarisme pour dix représentations aux […] Posted in Culture