Histoire

Bessie Coleman : les ailes noires en France

Il y a cent ans, le 15 juin 1921, Bessie Coleman devenait la première pilote noire de l’Histoire. A une époque où aucune école américaine n’acceptait d’élève de couleur, elle a obtenu son brevet au Crotoy, dans le nord de la France. Aujourd'hui considérée comme une pionnière de l’émancipation des femmes et des Noirs, Bessie Coleman est une légende aux Etats-Unis.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Bessie Coleman et son biplan Curtiss JN-4 vers 1922. © Smithsonian’s National Air and Space Museum

En 1915, Bessie Coleman quitte la petite ville d’Atlanta, au Texas, et les champs de coton où travaillent ses parents pour devenir manucure à Chicago. Chaque mois, elle met de côté une partie de son salaire pour, un jour, réaliser son rêve : devenir aviatrice. En 1919, aucune école aux Etats-Unis n’accepte d’élève noir. Elle a entendu parler de l’école d’aviation du Crotoy en France, alors chaque soir, après sa journée au salon de beauté, elle prend des cours de français. Cette année-là, à Chicago, des émeutes raciales font trente-huit morts et des centaines de blessés. Bessie Coleman embarque pour l’autre côté de l’Atlantique, ses maigres économies en poche.

Elle débarque au Crotoy, petite ville de pêcheurs dans la baie de Somme. Les habitants ont la vision exotique des Noirs des images d’Epinal : femmes-girafes et autres négresses à plateaux. Ils se souviennent du « village nègre », clou de l’exposition internationale d’Amiens en 1906. La présence de cette belle jeune femme noire ne manque pas de susciter des regards appuyés, curieux, mais jamais hostiles. L’Américaine s’éprend des couleurs de la Manche, du patois et de la gastronomie locale. Elle y est amoureuse, heureuse, même si le soda et le charleston lui manquent.

Un message d’émancipation et de liberté

Bessie Coleman est la seule femme de sa promotion de douze élèves, la seule Noire, mais aussi la meilleure et la plus appliquée. Elle obtient son brevet de la Fédération aéronautique internationale en sept mois. Un record. Elle a appris à piloter sur une version civile du Nieuport 82.E2. Surnommé « la Grosse Julie », son avion est reconnaissable à ses ailes noires. Atterrissage, mécanique, vol de nuit, lorsqu’elle retournera aux Etats-Unis, elle n’aura plus rien à prouver. Elle pourra enfin envoyer des messages d’émancipation et de liberté, « donner un peu de couleur au ciel ».

Bessie-Coleman-pilote-femme-noire-pilot-aviator-aviatrice-african-american-black-crotoy-female-france-1923
Bessie Coleman en 1923. © George Rinhart/Corbis/Getty Images
Un timbre à l’effigie de Bessie Coleman, émit par le U.S. Postal Service à l’occasion de Black Heritage Month en 1995. © National Postal Museum

En septembre 1921, elle est accueillie triomphalement par les journalistes à New York. La presse la surnomme bientôt Queen Bess et la jeune pilote va continuer d’écrire sa légende. Elle veut ouvrir des écoles d’aviation pour tous et pour les financer, elle multiplie les meetings aériens et les acrobaties en vol. Elle exige des organisateurs que les publics noirs et blancs soient mélangés dans les tribunes, mais obtient rarement gain de cause. Elle n’aura pas le temps de voir les fruits de son combat. Le 30 avril 1926, lors d’un vol de repérage à Jacksonville, en Floride, son moteur s’emballe, son avion se retourne. Bessie Coleman, 34 ans, est précipitée dans le vide et tuée sur le coup.

En 1929, la première école de pilotage pour Afro-Américains ouvre ses portes à Los Angeles, comme le souhaitait l’aviatrice. Depuis, des avenues, des aéroports, des écoles et des bibliothèques ont été rebaptisés en son honneur aux Etats-Unis et en France. On retrouve notamment une rue Bessie Coleman à Paris, à Nice et à Poitiers. Un film sur la vie de l’aviatrice, Flying Free with Bessie Coleman, était en cours de production en 2017 : l’Américain Philipp Hart, auteur de plusieurs ouvrages sur les pionniers afro-américains de l’aviation, est à l’origine du projet avec sa femme, l’animatrice et productrice Tanya Hart. Un autre film sur Bessie Coleman, réalisé par le documentariste Gardner Doolittle, a vu le jour en 2018. Son titre ? The Legend.

Le meilleur de la culture française

Publiée dans un format bilingue, en français et en anglais, la revue France-Amérique s’adresse à tous ceux qui s’intéressent à la culture française et à l’amitié franco-américaine.

Déjà abonné ? Se connecter