Subscribe

“Comment peut-on être Français… à Atlanta?”

Lettre fictive d’un ressortissant de l’Hexagone en Géorgie.

En arrivant à Atlanta, je ne me croyais pas un homme si curieux et si rare : "ah ! ah ! You’re French ! What an extraordinary thing! Comment peut-on être Français ?". La communauté française d’Atlanta ne compte en effet que 5000 représentants dispersés, absorbés par une mégapole tentaculaire de cinq millions d’habitants, sans véritable "French quarter". On s’imagine alors passer inaperçu, et se fondre dans la culture atlantaise… mais c’est méconnaître "l’esprit du Sud-Est", ses Américains magnétisés par cet irréductible accent qui finit forcément par vous trahir : on vous regarde comme un envoyé du ciel, on vous complimente sur votre nationalité, on en profite pour glisser une petite phrase soigneusement préparée dans un français balbutiant, pour finalement reconnaître que "Pêriss" est la plus belle ville du monde… Depuis le 6 mai 2007 surtout, la France a plutôt bonne presse dans la capitale géorgienne et ses environs. La ville est d’ailleurs jumelée avec Toulouse, et tisse des liens étroits avec la Lorraine : en témoigne l’installation à Metz de Georgia Tech Lorraine (GTL), l’antenne européenne du Georgia Institute of Technology d’Altanta, l’une des meilleures universités américaines.

Pour être discrète, la French connection n’en est pas moins active. Le Français fraîchement débarqué sera guidé par les nombreuses associations francophones et francophiles : Atlanta Accueil, Chambre de Commerce franco-américaine, Alliance Française… Quelle ne fut pas ma surprise en voyant surgir, au détour d’un building: le Louvre à Atlanta ! L’opération Louvre Atlanta, un partenariat sans précédent entre le High Museum et le musée parisien, fait de la capitale géorgienne une vitrine pour le goût français, autour de trois thèmes qui se succèderont pendant trois ans : les rois collectionneurs, le Louvre et le monde antique, le Louvre d’aujourd’hui et de demain. Le High Museum attire les Français mais aussi les esthètes francophiles du Sud-Est, un public neuf qui regarde de plus en plus de l’autre côté de l’Atlantique. Le franco-cinéphile rôde quant à lui autour de l’Alliance Theater, transformé en cabaret parisien pour accueillir dès la rentrée la célèbre comédie musicale Jacques Brel is Alive and Well and Living in Paris".

Autre événement majeur, radiophonique cette fois, qui bouleversera le paysage sonore des francophones d’Atlanta : cet été, RFI s’installe dans ce centre médiatique et patrie de CNN. Grâce à la journaliste Anne Toulouse, la France peut enfin s’illustrer dans la guerre des ondes locales. Cette Française de nationalité, Américaine de coeur, perçoit la capitale du Sud-Est comme un passage obligé dans sa quête d’une Amérique plus authentique. Dès la rentrée 2007, les auditeurs pourront donc accéder à une grande diversité de programmes d’actualité, essentiellement en français. Les campus universitaires d’Atlanta n’échappent pas plus à l’invasion des Français et francophones. Outre de nombreux échanges d’étudiants entre les deux pays, le rapprochement entre Georgia Tech et des établissements français comme le CNRS, l’ENSAM, SUPELEC, les universités de Franche-Comté à Besançon et Paul Verlaine à Metz, attirent à Atlanta de jeunes étudiants, enseignants et chercheurs français. Séduits par la vie atlantaise et les opportunités qu’elle offre, ils choisissent bien souvent de s’y établir durablement.

Mais c’est avant tout dans le monde des affaires que les success stories françaises sont le plus florissantes. Atlanta capte les Hexagonaux par son climat, son cadre de vie agréable, sa main-d’oeuvre qualifiée et peu syndiquée, son marché en plein essor et la qualité de ses infrastructures: n’oublions pas que l’aéroport Hartsfield-Jackson d’Atlanta est au premier rang mondial pour le transport de passagers. Sanofi-Aventis, Dassault, Saint-Gobain, Lafarge, Gravograph, Axa Advisors Georgia, Louis Vuitton, Merial, ERAI… Comment citer tous les grands noms de l’entrepreneuriat français et toutes les PME, plus nombreuses encore, qui reflètent la réussite économique des Français ? La Chambre de Commerce franco-américaine d’Atlanta (FACC Atlanta) s’implique dans maints événements qui rythment la vie locale, comme le gala "Passport to France", qui chaque année place la culture française sur le devant de la scène, à l’Intercontinental de Buckhead…

Miroitements d’une montre Cartier, couleurs chatoyantes d’un foulard Hermès, charme cristallin d’un vase Baccarat : l’univers du luxe "à la française" fascine plus que jamais les francophiles d’Atlanta. Les cosmétiques participent aussi au siège de la capitale géorgienne : avec l’arrivée récente de Guerlain au sein du magasin "Saks Fifth Avenue", Atlanta est en passe de devenir le "New York du Sud", selon Brigitte Corneille, responsable locale de la promotion des produits Guerlain. Le prestigieux hôtel est aussi un lieu d’élection pour les réceptions organisées par le consulat général de France, notamment le "Bastille Day" tant attendu de la communauté francophile. Le 14 juillet dernier, les convives honoraient d’une coupe de champagne l’amitié franco-américaine, incarnée par le marquis de La Fayette, dont on fête cette année le 250e anniversaire, au rythme de l’hymne américain et de la Marseillaise. Last but not least, le monde de la gastronomie française se porte bien à Atlanta : nombreux sont les chefs expatriés qui réussissent ici en s’installant à leurs fourneaux. Joël Antunes, par exemple, illustre éminemment ce triomphe de la gastronomie française. Après avoir travaillé en France chez Paul Bocuse et Marc Meneau, puis au Ritz Carlton d’Atlanta, il a ouvert son propre restaurant dans cette même ville. JoëL propose une carte française à la fois traditionnelle et créative, inspirée du Sud de la France, sa terre natale, mais mâtinée d’influences méditerranéennes et asiatiques: dans sa cuisine, gaspacho, crème brûlée et sashimi semblent faire bon ménage…

Alors, être Français à Atlanta, estce si extraordinaire? Le Français d’Atlanta est finalement à l’image de la capitale du Sud-Est américain, de sa jeunesse et de son dynamisme économique. Avec l’essor de cette ville, qui devrait aimanter de plus en plus de Français, l’Hexagonal sera de moins en moins perçu comme un extraterrestre sympathique, une curiosité pittoresque, une attraction touristique ou une pièce muséologique recherchée. Un jour viendra où l’on ne de mandera plus: "comment peut-on être Français", mais "comment peut-on être Atlantais", dans une ville de plus en plus cosmopolite, ouverte à de multiples communautés, non seulement françaises et européennes, mais aussi afro-américaine, hispanique, asiatique… autant de cultures qui, par leur métissage, dessinent le visage singulier et attachant d’Atlanta.

 

RFI s’installe à Atlanta

RFI voulait mieux couvrir la "vraie Amérique". Elle a choisi Atlanta. Basée à Washington et à New York, les deux villes les plus importantes du pays, Ia radio française souhaitait aussi couvrir le Sud. La capitale géorgienne est la ville parfaite pour remplir cette nouvelle mission d’information. Atlanta est en plein développement économique et a le plus grand aéroport du pays, sans compter qu’elle accueille le siège de CNN et qu’elle est le coeur de la culture afro-américaine. Anne Toulouse, journaliste au sein de la rédaction de RFI, couvre l’actualité américaine depuis 10 ans et est arrivée à Atlanta il y a un peu plus d’un mois. Elle a découvert une ville qui "centralise beaucoup de choses, qui est un véritable microcosme". Mais aussi une ville tournée vers la culture française. Elle y a trouvé des boutiques françaises qui n’existent pas à Washington, et de vrais restaurants comme il y en a dans l’Hexagone. En tant que Française, elle se rend compte qu’elle suscite l’intérêt. Nombreux sont les habitants d’Atlanta qui lui parlent en français et qui se sont déjà rendus en France. Pour Anne Toulouse, la communauté française d’Atlanta est très dynamique et moins institutionnalisée qu’à Washington. Et si de plus en plus de ses compatriotes viennent s’installer ici, ce sont pour les mêmes raisons : une ville en plein essor, culturellement très active, cosmopolite et francophile.

RFI Atlanta
3475 Piedmont Road
N.E., suite 1840,
Atlanta, G.A.30305
Tél: 404 495 1660
Fax: 404 495 1661

Un Français chez Coca-Cola

Après 20 ans de carrière mouvementée à travers le monde, entre la France, la Belgique, l’Italie, la Grande- Bretagne, les Philippines ou encore Singapour, Marc Mathieu a finit par suivre Coca-Cola à Atlanta en 2003. Son lien avec la marque américaine remonte à 1996 quand il a arrêté le marketing pendant quelques années pour devenir directeur général de la marque, d’abord en Asie, puis en Europe. Aujourd’hui, il est revenu à sa carrière initiale pour devenir le vice-président du marketing de Coca-Cola et de "Creative Excellence", la branche publicité du groupe. Pour Marc Mathieu, "le plus étonnant n’est pas le fait qu’un Français soit à la tête du marketing de Coca-Cola, mais plutôt qu’il a des gens de 25 nationalités différentes dans son équipe". Atlanta confirme donc son statut de ville internationale, tournée, entre autres pays vers la France, comme en témoigne le récent partenariat entre le musée du Louvre à Paris et le High Museum d’Atlanta.


« Crêpe party » à la maison

La cuisine à domicile. C’est le concept que le chef cuisinier français Anthony Ferre a développé en arrivant à Atlanta il y a 3 ans. En France, il cuisinait pour le cabinet du Premier ministre et pour l’ambassade américaine à Paris. Outre-Atlantique, Anthony Ferre a commencé dans des endroits beaucoup plus modestes: chez des privés. Il a commencé par donner des cours culinaires à des Français, puis à des Américains. Des classes bilingues car "les gens apprécient mon accent français", dit-il. Anthony Ferre est passé des cours particuliers à des repas à domicile et des réceptions. Dans le même temps, il s’est associé à Raymond Gaspart et a ouvert un restaurant, le Nice Café. À Atlanta, le cuisinier-entrepreneur s’est accommodé aux goûts américains: il a fallu "rajouter plus de sucre, mélanger du salé et du sucré avec un saumon salsa mangue, par exemple". Mais il a conservé quelques habitudes culinaires qui peuvent étonner les habitants d’Atlanta. La première fois qu’il a acheté des poireaux, la caissière lui a demandé ce que c’était et si ça se mangeait! Ceux qui viennent dans son restaurant sont à 95% des Américains, et s’intéressent à la gastronomie française. Les consulats de France et du Canada font aussi désormais partie de ses clients. Pour les Français qui résident à Atlanta, en mal du pays, Anthony Ferre a aussi créé La crêpe party , son traiteur de crêpes à domicile avec "ses crêpières ramenées de Bretagne".

Nice Café
3000 Windy Hill Road
Mariette, GA 300067
www.anthonyforyourparty.com
www.lacrepeparty.com

 

Et aussi….
Le « Louvre Atlanta » fête son deuxième anniversaire, le High Museum d’Atlanta accueille des collections du Louvre.

Contacts

Consulat général et mission économique de France
3475 Piedmont Road NE , Suite 1840 – Atlanta GA 30305
Tel (404) 495-1660, Fax (404) 495-1661
www.consulfrance-atlanta.org

Alliance Française d’Atlanta
One Midtown Plaza – suite 850, 1360 Peachtree Street NE, Atlanta GA 30309
Tel : 404 875 1211
www.afatl.com

Atlanta-Accueil
2990 Grandview Avenue, Suite 100, Atlanta, GA, 30305
Tel : (404) 233- 8182
www.atlanta-accueil.org

L’école du Samedi
2890 North Fulton Dr, Atlanta GA, 30305
info@frenchschoolatlanta.org
www.frenchschoolatlanta.org

ERAI -Entreprise Rhône-Alpes International
3495 Piedmont Road, Building 11, Suite # 710, Atlanta GA, 30305
Tel : 404 233-8623, Fax : 404 233-8625
info@erai.us
www.erai.us/who_mission.asp

JOËL
Atlanta restaurant
3290 Northside Parkway
Atlanta, GA 30327
Tel.: 404 233 35 00
Fax: 404 467 94 50
www.joelrestaurant.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related