Subscribe

Courteline et vieilles dentelles

Ronds-de-cuir, poivrots et bourgeoises déchues seront au FIAF de New York les 29 février et 1er mars dans “Courteline en dentelles”. Un spectacle endiablé sur la crétinerie humaine par Jérôme Deschamps.

Ils sont affreux, sales et méchants. Les personnages teigneux de Courteline auront une heure et quart pour vous faire rire, le temps de deux représentations uniques de “Courteline en dentelles”. Un ensemble de huit petites pièces à l’humour vache présentées en un acte. L’ensemble est orchestré par le touche à tout du théâtre français Jérôme Deschamps, ex-Deschiens et directeur du Théâtre national de l’Opéra-Comique. Pour mieux s’attaquer à la bassesse quotidienne, ce fils spirituel de Courteline et de Feydeau s’associe sur les planches à Michel Fau, autre doux dingue de la scène parisienne.

Ensemble, le duo incongru ose tout, révèlant la férocité du théâtre de Courteline. « Beaucoup de gens pensent que le théâtre de boulevard est gentil. En fait, c’est archi-violent. Chez Courteline, les répliques s’échangent comme des coups ». Machine à rire et machine à jouer, “Courteline en dentelles” se moque avec force invectives, de ce qui est pour l’auteur comme pour l’acteur, une source d’inspiration inépuisable : la bêtise humaine. Celle des femmes idiotes et calculatrices, celle des hommes machos abrutis par l’alcool, des bureaucrates repus, des artistes vaniteux, des petits bourgeois vicieux et des femmes de service malhonnêtes.

Tranches de vies ordinaires

« Les personnages de cette époque sont très drôles et très caustiques. Ils donnent lieu à des scènes complètement absurdes, mais de l’absurde issu du quotidien. “Courteline en dentelles,” c’est une peinture sociale. » La saynète Les Mentons Bleus par exemple, est une savoureuse étude de moeurs qui décrit avec un comique impitoyable le monde des comédiens de pacotille. « Ce sont deux comédiens qui se prennent très au sérieux alors que ce ne sont que deux ringards, ça fait penser à du Guitry. En tant qu’acteurs, on s’auto-parodie. C’est jouissif », poursuit le metteur en scène.

L’instant d’après, il suffira à Jérôme Deschamps et Michel Fau de se coiffer d’un bonnet de dentelle pour camper des bourgeoises dodues, dotées d’une cervelle de petit pois. Ou de se munir d’un fusil pour initier une scène de chasse irrésistible, qui voit Jérôme Deschamps menacer de sa carabine un Michel Fau caché sous une peau d’ours blanc. Un petit coup de rouge, et voilà le spectateur embarqué dans les tribulations nocturnes d’un poivrot hagard dans les rues de Paris, qui ne se souvient plus du nom de sa rue mais uniquement du numéro (26).

« Les saynètes sont abordées les unes à la suite des autres, comme un récital. Nous sommes sur scène en smocking, avec des partitions et un décor minimaliste. » Avec pour dogme cette sentence de Courteline qu’ils ont fait leur : « Le théâtre, c’est du carton et c’est du plâtre… Mais c’est tout de même la vie… »

Infos pratiques :

“Courteline en dentelles”, un spectacle de Jérôme Deschamps, d’après Georges Courteline. Avec Jérôme Deschamps et Michel Fau. Durée : 1h15

Les mercredi 29 février et jeudi 1er mars au Florence Gould Hall du FIAF, à 20h.

Informations et réservations : http://www.fiaf.org/

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related