Subscribe
gad-elmaleh-ad-us-tour-stand-up-comedy

Décès de la légende du blues Johnny Winter

Le guitariste et chanteur de blues américain Johnny Winter, une des légendes de Woodstock, est décédé mercredi à Zurich en Suisse à l’âge de 70 ans, selon une annonce faite sur sa page Facebook officielle.

“L’icône du blues du Texas Johnny Winter est mort à 70 ans. Il est décédé le 16 juillet dans sa chambre d’hôtel à Zurich. Sa femme, sa famille et les membres de son groupe sont bouleversés par la perte d’un être aimé et d’un des plus grands guitaristes du monde”, indique un court communiqué. “Un communiqué officiel plus détaillé sera publié au moment approprié”, poursuit le texte.

La police cantonale de Zurich a confirmé que le chanteur avait été retrouvé mort dans sa chambre d’hôtel de Bulach, une petite ville au nord de Zurich, proche de l’aéroport, dans la nuit de mardi à mercredi. “Le ministère public a ordonné une autopsie pour déterminer les causes de la mort, mais selon les premiers éléments de l’enquête, il semble que ce décès s’explique par des raisons médicales, et aucun indice ne fait état de l’implication d’un tiers”, a déclaré un porte-parole de la police cantonale.

Johnny Winter, albinos au corps recouvert de tatouages, était considéré comme l’un des meilleurs joueurs de blues au monde, lorsqu’il était au sommet de sa carrière. De son vrai nom John Dawson Winter III, Johnny Winter est né le 23 février 1944 à Beaumont, au Texas. Son père exploitait une plantation de coton. Il a commencé à l’âge de cinq ans à jouer de la clarinette, puis plus tard de l’Ukulele et enfin, de la guitare. Avec son frère cadet de trois ans, Edgar, qui comme lui était albinos, il a fondé son premier groupe. Il a tenté sa chance à Chicago, puis est vite rentré dans son Texas natal.

Le musicien a percé grâce à un article très élogieux paru dans la revue Rolling Stone en 1968, où il était qualifié d’homme le plus électrisant, à côté de Janis Joplin. “Imaginez un albinos qui louche et pèse 65 kilos, jouant de la guitare de manière extraordinairement coupante, et en balançant des longs cheveux”, écrivait le magazine à propos du joueur texan. Après le festival de Woodstock, Johnny Winter a été obligé de s’arrêter plusieurs années, en raison de ses problèmes de drogue. Il a ensuite repris sa carrière en 1973.

Sa silhouette fragile, presque brisée, contrastait sur scène avec une voix rauque, toute en force. Le musicien était actuellement en tournée. Il s’était produit tout récemment en France, au Cahors Blues Festival où il était de passage le 14 juillet. Il devait démarrer une tournée américaine au mois d’août et publier le 2 septembre un nouvel album “Step Back”, avec de prestigieux invités comme Ben Harper, Eric Clapton ou encore Dr John.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related