Subscribe
banner-mcgill-hec-EMBA-MBA

Des volontaires français rénovent le patrimoine historique de New York

Chaque été, New York accueille une poignée de volontaires français pendant deux semaines. Leur mission, rénover certains sites historiques de la ville, comme des cimetières ou des monuments historiques. Ce programme d’échange un peu spécial fête ses 13 ans.

Le Bronx par un bel après-midi d’août. Le décor n’a rien d’urbain. Au fin fond de ce borough de New York à la réputation controversée, se cache le plus grand parc de la ville, Pelham Bay Park, trois fois la taille de Central Park. Une  somptueuse maison datant de 1836 a été édifiée au cœur de cette nature verdoyante. La Bartow-Pell Mansion est classée monument historique et a été reconvertie en musée en 1946.

Une équipe de six volontaires s’affairent sous une tente, entre les arbres, à côté de la vieille bâtisse. Dans leurs rangs, pas moins de cinq Français. La ville de New York accueille en effet des volontaires de France pour rénover ses monuments. Agés de 19 à 33 ans, ces “French volunteers” sont passés par l’association Rempart en France, en partenariat avec Preservation Volunteers à New York, qui organisent ensemble ces programmes de réhabilitation d’un patrimoine précieux.

Caroline Paddock, directrice adjointe de Preservation Volunteers, rapelle les origines françaises de l’association américaine. Everett Ortner, un conservateur francophile aujourd’hui décédé, l’a fondée avec Dexter Guerreri, son actuel président. Après un voyage, et une rencontre avec les membres de Rempart qui réhabilite les monuments historiques du pays par le biais du volontariat, ces deux hommes ont décidé de créer Preservation Volunteers sur le modèle de Rempart.

“Pour Everett Ortner, il n’y avait pas d’équivalent aux Etats-Unis, cela manquait cruellement. Il trouvait que l’on était incapable de prendre soin de notre patrimoine historique, que nous ne le mettions pas en valeur et n’avions pas le savoir-faire des Européens. D’où l’accueil de volontaires français, pour faire comme en Europe. Nous avons parfois des volontaires américains, mais faire venir des Français est resté une tradition. C’est le moyen de croiser les cultures et les savoirs”, explique Caroline Paddock.

Un patrimoine méconnu

De leur côté, les volontaires semblent heureux de l’expérience. Ils auront passé deux semaines dans des endroits incongrus de la ville, que nul touriste n’aurait pensé à visiter. La première semaine a été consacrée à la remise à niveau des pierres tombales partiellement enfouies au Prospect Cemetery dans le Queens, et au Green-Wood Cemetery de Brooklyn, “le Père Lachaise de New York”, précise Caroline. La deuxième semaine est passée à la Bartow-Pell Mansion, où les jeunes gens rénovent les volets datant de la construction de la maison. Elle en compte une centaine, et depuis quatre ans, une quinzaine de volets sont poncés et repeints chaque été. Le programme de restauration devrait s’étendre sur encore plusieurs années.

Chacun des volontaires est venu pour une raison différente. Stage de validation d’études, expérience à l’étranger, occupation pour l’été ; leur point commun est le désir d’accomplir une mission dans un cadre dépaysant. Aliénor, 19 ans, voit ce programme comme une première expérience professionnelle. “J’ai de la famille à Brooklyn, je viens ici chaque été. Mais cette année j’ai voulu associer mon voyage à quelque chose d’utile. Je compte m’orienter vers l’urbanisme, c’est une expérience dont je pourrai me servir plus tard. Par ailleurs, ça m’a permis de découvrir des endroits méconnus de New York. Je suis très heureuse de l’avoir fait.”

Viviane, 33 ans, professeur d’anglais en reprise d’études, devait valider sa licence par un stage. “J’étudie l’histoire de l’art que je souhaite enseigner plus tard. Il me fallait quelque chose en rapport avec la réhabilitation du patrimoine. Comme cela se passe aux Etats-Unis, ça me permet de rafraîchir mon anglais. Je produis également du matériel pour mes cours en filmant des Américains que j’interroge sur des questions de société, comme l’Obamacare. Ce voyage m’apporte quelque chose à tous les niveaux. C’est très enrichissant.”

Le programme demande aux volontaires la prise en charge de leurs billets d’avion et 200 dollars de participation. En échange ils sont nourris, logés et guidés par le personnel des sites rénovés. Ils travaillent de 9h30 à 17 heures tous les jours. Mais le soir venu, ils se laissent aller à leurs penchants touristiques. “Nous sommes allés à Coney Island, à Brighton Beach… Hier par contre j’ai dormi, j’étais trop fatiguée par tout ce travail”, s’amuse Viviane.

Bartow-Pell Mansion Museum. 95 Shore Rd, BRONX, NY 10464. Tél. (718) 885-1461. Site web : www.bartowpellmansionmuseum.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related