Subscribe

Divorce à l’américaine

Après plusieurs semaines de rumeurs persistantes dans la presse, l’annonce jeudi midi de la séparation, puis du divorce de Nicolas et Cécilia Sarkozy a été grandement atténuée. Une situation impensable aux États-Unis.

La séparation du couple présidentiel français a été  officiellement annoncée par l’Elysée et confirmée par l’avocate commune de Cécilia et Nicolas Sarkozy, Me Michèle Cahen. "Le jugement a été rendu le 15 octobre en présence des deux époux",  a déclaré cette dernière à l’Associated Press. Le jugement de divorce a été rendu par une magistrate du tribunal de grande instance de Nanterre après l’officialisation par l’Elysée. Une rapidité digne de Las Vegas. Le porte – parole de l’Elysée, David Martinon — qui par ailleurs vient d’annoncer sa candidature aux élections municipales de 2008 dans le fief du président à Neuilly-sur-Seine – a refusé de commenté l’information lors du point de presse jeudi matin.

Les réactions à l’annonce sont variées. Certains ne retiennent que le moment choisi, en pleine grève générale provoquée par la remise en cause des régimes sociaux de retraite. Libération a en effet choisi de faire sa Une sur le couple présidentiel plutôt que sur la grève, un sujet jugé sans doute plus vendeur par les médias. Cécilia Sarkozy a d’ailleurs fait son retour dans Paris-Match. L’hebdomadaire publie des photos exclusives sans interview, prises jeudi dernier dans un hôtel parisien de Cécilia préparant les fiançailles de sa fille Jeanne-Marie, qui seront célébrées ce samedi. D’autres trouvent courageuse la décision du couple qui aura préféré officialiser une séparation plutôt que de faire semblant.

Ce qui est certain, c’est que ce coup de théâtre en dit long sur l’évolution des mœurs. "Cela révèle le degré d’américanisation de la société française.  Tout est dit. Il n’y a plus ce domaine privé réservé qu’il pouvait y avoir",  explique le professeur Tom Bishop de New York University qui décrypte la société française pour ses étudiants et a fait de l’affaire Sarkozy le thème de son dernier cours. "J’ai dit à mes étudiants de regarder un peu l’histoire. L’affaire Mazarine sous la présidence de François Mitterrand a été tenue complètement sous silence alors que maintenant tout est exposé dans l’arène publique", ajoute le professeur,  directeur de l’Institute of French Studies de New York University. Pour lui il est évident que Nicolas Sarkozy va traverser des moments difficiles. "Pas simple d’être seul à l’Elysée. Il ne pourra plus aujourd’hui se permettre d’être aussi libre qu’un Giscard en son temps"… sous-entendu, vivre ses aventures à l’abri des regards. La chose serait-elle  possible aux Etats-Unis ? "Non",  répond Tom Bishop. "Sans doute Hillary et Bill Clinton avaient-ils conclu un accord pour préserver les apparences mais de là à divorcer, c’est impensable." Les électeurs religieux et puritains ne pourraient l’accepter. "Sans doute le divorce aurait-il pu avoir lieu en mars mais les électeurs devaient être ménagés" ajoute Tom Bishop. Comment ces électeurs français vont-ils réagir? Il sera intéressant de suivre l’affaire.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related