Subscribe

Doesn’t Everybody Do It In Paris? ou le syndrome de la luxure

Doesn’t Everybody Do It In Paris? est une pièce contemporaine dansée qui porte en elle la marque du théâtre expérimental new-yorkais. Dernières représentations samedi 26 juin à l’IRT Theater, à West Village.

Inspirée du Madame Bovary de Gustave Flaubert, Doesn’t Everybody Do It In Paris? mêle habilement deux destins de femme tragiques. Celui d’Emma Bovary, l’être de papier le plus tristement célèbre de la littérature française avec celui d’Eleanor Marx Aveling, troisième fille de Karl Marx et première traductrice en anglais de Madame Bovary. « La foi d’Eleanor Marx Aveling en la vertu féministe et son suicide au cyanure fait directement écho au suicide d’Emma à la fin du roman et justifiait le choix de la mise en scène de destins croisés » explique Liz Vicco, la metteur en scène.

Sur le plateau, les ingrédients du « bovarysme » sont là. Jupe-cage, insatisfaction manifeste de la femme et insuffisance du mari. « Le drame d’Emma, c’est d’avoir été fourvoyée dans son désir », affirme la metteur en scène. Le choix de danseurs non-professionnels illustre sur scène la lutte des corps et des instincts.

Le thème de l’adultère, les cordages qui relient les deux femmes – fictive et réelle – et la poétique des corps désarticulés  retenus par des cintres évoquent, eux,  le théâtre de marionnettes d’Ibsen qu’Eleanor Marx adorait. Comme chez l’auteur norvégien, Doesn’t Everybody Do it in Paris? illustre à sa manière les problèmes que les femmes rencontrent dans une société capitaliste petite-bourgeoise, figurée dans la pièce par le marchand dans sa boutique au fond de la scène.

Une mise en scène bouillonnante

Toute la distribution, Siobhan Toweyen en tête, qui interprète Eleanor Marx Aveling, porte avec énergie et conviction les élucubrations théâtrales de ces deux femmes névrosées. Emma Bovary, interprétée par la jeune Maki Takenouchi, apparaît sur scène comme une femme de chair, sûre de ses désirs et bourrée de fantasmes. La caméra, voyeuriste, capte les dessous du plateau.

La mise en scène corsetée détonne. Baisers langoureux, détails du corps, tout ce qui échappe au regard du spectateur dans la salle est retransmis par video projection. Jusqu’à la scène d’apothéose finale, violente et sulfureuse. Le plateau, à la fin de la représentation, ressemble à un champ de bataille. Sachets de sucre éventrés, linge qui traîne. Il rappelle les destins brisés de ces deux femmes mortes d’amour et par conviction. « Le sucre symbolise l’arsenic que Madame Bovary utilise pour se suicider, mais aussi le désir et l’adultère », assure la chorégraphe.

Pièce de théâtre « multimédia », Doesn’t Everybody Do It In Paris? plonge les spectateurs au cœur du drame intime. L’exiguïté de la salle de représentation qui rapproche le public de l’espace scénique accentue encore cette impression. De larges fenêtres disposées en hauteur devant la scène, sur lesquelles sont projetées les images live, figurent le théâtre intérieur des personnages. « C’est comme regarder à l’intérieur de leur maison et de leur psyché », poursuit la metteur en scène.

Tout en mouvement, la pièce est ponctuée d’enregistrements vocaux, de vidéos et de dialogues enlevés en français et en anglais, sous forme de jeu de questions-réponses. Les références intertextuelles sont savoureuses, les danses vaudevillesques (comme celle de ce duo impromptu avec une plante) et l’humour angoissé et psychotique des dialogues sont au service de ces tragiques inconstances de l’amour.

CHOREOGRAPHY & DIRECTION: Liz Vacco
MUSICAL ARRANGEMENT: Brady Jenkins
PRODUCTION DESIGN: JJ Lind
COSTUMES: Maki Takenouchi, Liz Vacco
SOUND & VIDEO: Nathan Lemoine
FEATURING: James Allerdyce, Max Dana, Brady Jenkins, Nathan Lemoine, Nadège Néchadi, Maki Takenouchi, Siobhan Towey

 

Informations pratiques :

Dernières représentations de Doesn’t Everybody Do it in Paris? vendredi 25 juin à 20 h et samedi 26 juin à 20 h et 22 h à l’IRT Theater (West Village).

IRT

154 Saint-Christophe, Buzzer 3B

Prix : $15-$20. Les billets sont disponibles à www.brownpapertickets.com ou en composant le 800.838.3006.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Hausse de température à La MaMaHausse de température à La MaMa La comédienne franco-roumaine Simona Maïcanescu débarque à la Mama de New York avec The Fever de l'Américain Wallace Shawn. L'occasion d'évoquer avec elle ce poignant monologue […] Posted in Culture
  • Retour au théâtre de Nadine TrintignantRetour au théâtre de Nadine Trintignant La réalisatrice Nadine Trintignant, qui avait pris du recul après la mort tragique de sa fille Marie en 2003, revient avec une mise en scène de théâtre, celle d'un monologue humoristique, […] Posted in Culture