Subscribe

À la source

Pas encore quadra, mais déjà PDG. C’est en saisissant les opportunités qu’Olivier Sonnois est arrivé à la tête du groupe AMI Brands, distributeur exclusif de Badoit et Volvic en Amérique du Nord. Vendre des boissons «saines» au pays où les sodas sont rois, le pari était osé, mais pas impossible. «Il y a une révolution aux États-Unis sur les produits naturels», affirme Olivier Sonnois.

Le parcours de ce jeune entrepreneur permet de penser qu’il sait de quoi il parle. Sa success story débute lorsqu’il arrive aux États-Unis en 1990. Fraîchement diplômé de l’Institut Supérieur de Gestion, il entreprend de faire un MBA à Harvard. Une carrière américaine après ses études? Pourquoi pas. Natif de Saint-Barthélemy dans les Antilles françaises, Olivier Sannois se sent proche du continent nord-américain.

Il décide de devenir volontaire au Service National en Entreprise et travaille pour le groupe Danone en Amérique du Nord. Au sein de cette société, il va apprendre à se familiariser avec le monde de l’entreprise à l’anglo-saxonne. Une bonne école selon lui, même si la concurrence est rude. Pendant onze ans, Olivier Sonnois y occupe plusieurs postes, tantôt au service du marketing ou dans le secteur financier. Il passe aussi cinq ans à la tête de la branche canadienne du groupe à Toronto.

De ce long passage chez Danone, Olivier Sonnois apprend beaucoup. En 2001, lorsque l’occasion de voler de ses propres ailes s’offre à lui, il n’hésite pas un seul instant. Il devient vice-président en charge de la stratégie et du développement du groupe ACIRCA, une start-up qui détient notamment le groupe Walnut Acres, la première ferme à avoir été reconnue biologique aux États-Unis. L’aventure Walnut Acres durera trois ans, le temps pour Olivier Sonnois de se faire plaisir dans son parcours professionnel. «J’ai toujours eu la fibre PME» déclare-t-il. «Reprendre Walnut Acres, c’était en quelque sorte l’aboutissement de mes onze années chez Danone».

Son goût pour les petites entreprises explique son choix de prendre la tête du groupe AMI Brands en 2003, après la revente de Walnut Acres. Même si des firmes plus importantes l’ont sollicité, il leur a préféré la flexibilité qu’offrent les petits groupes. Olivier Sonnois reconnaît que le fait d’être français est un avantage pour le positionnement marketing de son entreprise, et qu’il lui est plus facile de communiquer avec les maisons-mères des marques qu’il distribue. De plus, les produits bios et sains sont un secteur qu’il affectionne tout particulièrement et qu’il avait déjà côtoyé au sein du groupe Danone. Aujourd’hui AMI Brands possède un portefeuille de marques varié, qui s’étend de Volvic à Carpe Diem, une boisson bio lancée par Red Bull. Une nécessité, car si les Américains sont maintenant plus enclins à délaisser leurs sodas, de nombreuses campagnes publicitaires promouvant l’eau du robinet comme alternative à l’eau en bouteille ont fait leur apparition aux États-Unis.

Olivier Sonnois ne perd pourtant pas confiance. À présent confortablement installé sur le marché des boissons «saines» le jeune PDG admet que les avantages sont nombreux lorsque l’on dirige une PME aux Etats-Unis. «Ici, on peut tout le temps rebondir, les structures administratives sont plus légères, et globalement la prise de décision est beaucoup plus rapide qu’en Europe. D’ailleurs tout est beaucoup plus spontané ici !» plaisante-t-il.

Quid des French Tuesdays? En tant que PDG, les nombreux voyages qu’il doit effectuer ne lui permettent pas d’y assister aussi souvent qu’il le souhaiterait. Ces rendez-vous hebdomadaires, dont AMI Brands est partenaire, sont très importants pour lui, tant au niveau personnel – il aime retrouver des compatriotes de tous horizons – que professionnel. Olivier Sonnois n’exclut pas de retourner en France un jour. Mais à l’image de son parcours, cela se fera seulement si l’opportunité se présente.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related