Subscribe

A l’ONU, forte progression du français

EDITO. Contrairement aux idées reçues, la langue française va être de plus en plus parlée dans le monde et donner à l’Organisation Internationale de la Francophonie une nouvelle influence.

Alors que l’Assemblée générale de l’ONU se tient à New York, chaque chef d’Etat s’exprime en principe dans sa langue, quelques-uns en anglais pour se faire mieux comprendre (le président turc, par exemple) et le plus grand nombre… en français. L’Organisation Internationale de la Francophonie, dont le siège est à Paris, présidée par Abdou Diouf, ancien Président du Sénégal, (et représentée à l’ONU par Filippe Savadogo) compte parmi ses soixante-dix-sept membres et observateurs, trente-deux Etats dont la langue officielle est le français.

A l’origine de cette résurgence de la langue française, la décolonisation de l’Afrique bien entendu : pour s’entendre entre eux et souvent à l’intérieur de leurs frontières, le français est la langue commune des Africains dans la plus grande partie du continent, progressant même dans des pays voisins anglophones comme la Gambie, le Nigéria et le Ghana. On compte actuellement 220 millions de francophones dans le monde et 116 millions l’apprennent : la deuxième langue enseignée après l’anglais*.

La moitié de ces francophones se trouvent en Afrique, un pourcentage qui devrait passer à 85% en 2050 pour 715 millions de francophones envisagés. Cette francophonie en progrès constant, se substituera probablement de plus en plus aux langues locales, d’autant que l’enseignement et les médias opèrent en français. Les plus peuplés des pays francophones en 2050 ? La République démocratique du Congo, la Côte d’Ivoire et le Cameroun. Ce dynamisme démographique influencera nécessairement le contenu de notre langue : nous avons déjà absorbé du vocabulaire nord-africain (le bled, un clebs, je kiffe)… des expressions congolaises et ivoiriennes s’imposeront : c’est toujours ainsi que le français bouge, car seules les langues mortes sont immuables.

* Chiffres extraits du rapport de l’OIF sur la langue francaise dans le monde (2010).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related