Subscribe

A une semaine de la première primaire républicaine, pas de pronostic tranché

J-7 avant le lancement des primaires républicaines. Dans une semaine, l’Iowa sera le premier Etat à voter pour choisir le candidat de la présidentielle 2012, qui affrontera Barack Obama. Pour l’instant, c’est l’indécision qui l’emporte.

Mitt Romney, l’un des favoris de la course, est arrivé sur place dès aujourd’hui pour tenter de gagner encore quelques points – il est crédité de 21% d’intentions de vote. Premier discours ce soir, à Davenport. Outre Romney, cinq autres candidats sillonnent cette semaine les routes de l’Iowa : Ron Paul, Newt Gingrich, Michele Bachmann, Rick Perry et Rick Santorum. Seul le candidat modéré Jon Huntsman a choisi de faire l’impasse dans cet Etat de trois millions d’habitants, concentrant ses efforts sur la première “vraie” élection primaire le 10 janvier dans le New Hampshire.

Pas de prétendant évident

Entre 120 000 et 150 000 électeurs républicains de l’Iowa devraient se déplacer mardi 3 janvier pour se prononcer lors des 1 774 “caucus”. Ces assemblées d’électeurs ressemblent à des soirée-débats à l’issue desquelles chaque groupe est amené à se décider pour un seul candidat. L’objectif commun des électeurs républicains est de faire battre le président Barack Obama, candidat à sa propre succession, à l’élection du 6 novembre.

Mais le choix de leur candidat ne va pas de soi. L’absence de prétendant évident et les scores relativement faibles des candidats de tête traduit une grande indécision de leur part. Ron Paul, le conservateur atypique, en guerre contre l’Etat fédéral et opposé à toute forme d’aide ou intervention militaire à l’étranger, pourrait créer la surprise le 3 janvier. Depuis plusieurs mois, il a bâti dans l’Iowa de solides soutiens, occupant le terrain inlassablement. Reste à voir si cette position résistera à la divulgation de tracts électoraux racistes envoyés en son nom il y a plusieurs décennies, et que le candidat a désavoués.

Le candidat républicain désigné formellement en août

Newt Gingrich, ancien président de la Chambre des représentants dans les années 1990, n’est que 3e dans l’Iowa à 14,7% selon RealClearPolitics. Il n’a ni les soutiens, ni les fonds dont peut disposer Mitt Romney. Mais à l’échelle nationale, il possède encore une petite longueur d’avance sur ses rivaux. De son côté, le gouverneur du Texas Rick Perry, auteur de prestations médiocres lors de débats télévisés, tente de ressusciter sa campagne. Les “petits” candidats, Rick Santorum et Michele Bachmann, sous la barre des 10%, jouent leur survie après avoir écumé les 99 comtés de l’Etat. A une semaine du coup d’envoi, le jeu reste donc ouvert.

En outre, le vote dans l’Iowa n’est pas le meilleur indicateur des résultats d’une course qui se poursuivra jusqu’à la convention républicaine, en août. En 2008, John McCain, le candidat finalement désigné, n’avait obtenu que la 4e place dans l’Etat. Les “caucus” devraient au moins permettre d’éclaircir les rangs, poussant plusieurs petits candidats à jeter l’éponge. Après l’Iowa, le processus de sélection du candidat se poursuivra jusqu’à la convention nationale du parti républicain en août, en Floride.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related