Subscribe

Abbas remet la demande d’adhésion de l’Etat de Palestine à l’ONU

Le président palestinien Mahmoud Abbas a remis vendredi la demande d’adhésion aux Nations unies d’un Etat de Palestine au secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon.

M. Abbas a présenté cette requête contenue dans un dossier frappé de l’aigle, symbole de la Palestine, peu avant son discours devant l’Assemblée générale. Les deux hommes, tenant le document, ont posé devant les photographes. M. Ban transmettra la demande “vers le milieu de l’après-midi” à la mission du Liban, pays qui assure ce mois-ci la présidence tournante du Conseil de sécurité, a-t-on appris vendredi de source des Nations unies.

“L’administration américaine a fait tout ce qui était en son pouvoir pour faire échec à notre projet. Mais nous allons aller de l’avant, en dépit des obstacles et des pressions, car nous voulons obtenir nos droits, nous sommes le seul peuple au monde encore sous occupation”, a affirmé jeudi soir M. Abbas lors d’une rencontre avec une délégation d’Américains d’origine palestinienne. Le président américain Barack Obama a récusé mercredi à la tribune de l’ONU comme un “raccourci” illusoire la demande palestinienne à laquelle les Etats-Unis comptent opposer leur veto au Conseil de sécurité si nécessaire.

Après son discours, “le président Abbas rentrera (à Ramallah) pour étudier les options des Palestiniens, lors d’une réunion avec la direction palestinienne, notamment l’initiative présentée par le président Nicolas Sarkozy”, a indiqué jeudi le négociateur palestinien Saëb Erakat. Le président français a appelé mercredi l’Assemblée générale à accorder à la Palestine le “statut intermédiaire d’Etat observateur”, identique à celui du Vatican, parallèlement à des négociations israélo-palestiniennes pour parvenir à un accord de paix “définitif” d’ici un an.

Les Palestiniens comptent obtenir “plus que les neuf voix” sur 15 nécessaires au Conseil de sécurité pour valider une demande d’adhésion, a affirmé jeudi à l’AFP le conseiller diplomatique de M. Abbas, Majdi al-Khaldi, ce qui forcerait les Etats-Unis à recourir au veto. Le vote au Conseil ne devrait pas intervenir avant plusieurs semaines, mais les Palestiniens se sont dits prêts à attendre qu’il statue avant d’étudier des alternatives.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related