Subscribe

Accident de Las Vegas : des proches de l’une des victimes réalisent une fresque en son hommage

Des proches d’Orane Pozzo di Borgo, la jeune Française de 15 ans décédée dans l’accident de minibus près de Las Vegas, se sont donné rendez-vous lundi dernier à Marseille pour lui rendre hommage. Aux abords de la traversée du Canal, dans le 12e arrondissement, ils ont dessiné une grande fresque sur un mur, tout près de l’un des tags qu’elle avait elle-même réalisé. Rémy, son frère, s’est également livré à France-Amérique. À lire aussi : Les organisateurs du voyage sous le choc et Trois Français toujours hospitalisés.

Orane Pozzo di Borgo, 15 ans, a perdu la vie, près de Las Vegas, dans la nuit de samedi à dimanche dernier dans un accident de minibus, alors que la colonie de vacances avec laquelle elle voyageait se rendait dans la vallée de la Mort pour une visite touristique. D’après la police, aux alentours de 22 h 30, la conductrice et animatrice du groupe se serait endormie au volant, ce qui aurait provoqué le drame. Une autre adolescente de 17 ans, Léa Baldaccini, a perdu la vie dans l’accident.

Lundi, deux jours après les faits et à 14 heures, heure française, une quarantaine d’amis d’Orane se sont rassemblés dans le quartier marseillais qu’ils appellent « le Canal » pour lui rendre un hommage touchant. Bombe de couleur à la main, ils ont « graffé» une grande fresque et inscrit plusieurs messages en son honneur. « Orane, repose en paix », peut-on lire sur le plus imposant. Ils figurent tous près de ceux qu’Orane a elle-même dessinés il y a quelques mois. Depuis hier, ses camarades ont également créé une page Facebook, pour que chacun puisse y inscrire un petit mot.

Rémy Pozzo di Borgo, le frère de la victime, est évidemment effrondré. Joint par France-Amérique, il a expliqué à plusieurs reprises que ni le consulat français de Los Angeles, ni l’association Cousins d’Amérique, ni le quai d’Orsay de Paris n’ont su lui apporter de plus amples informations sur les circonstances précises du drame. « On ne sait rien, à part qu’elle est décédée », a-t-il déclaré, en larmes. Il raconte que, pour en savoir davantage, il suit les journaux télévisées et passe ses journées sur les sites d’informations, sans réel succès. “TF1 a fait un sujet sur l’accident, mais je n’ai eu droit qu’à des images de Las Vegas comme seule illustration. J’en ai rien à faire de voir des Casinos ou des lumières partout. J’aimerai juste voir l’endroit où le minibus a effectué sa sortie de route, où ma soeur a péri.”

“C’était le voyage de sa vie, a-t-il ajouté. Je ne peux pas croire qu’elle soit morte”. Il décrit sa soeur comme une fille “résolument gentille, ouverte, tolérante et toujours prête à rendre service.” Elle l’accompagnait d’ailleurs souvent dans le cadre de ses missions professionnelles au sein de sa société de transports, et était très appréciée des clients. “Elle aimait la patisserie et adorait nous préparer des gateaux, c’était l’une de ses grandes qualités”, raconte-t-il encore.

Sous le choc, Rémy raconte qu’il avait, à l’âge d’Orane, lui même effectué le même voyage dans l’Ouest américain, que ce circuit était assez fatiguant, mais que lui avait fait la route dans de “vrais” bus américains conduits par des chauffeurs expérimentés. Dépité de ne pas avoir une seule information sur les derniers instants de vie de sa soeur, il a exprimé le souhait de “simplement avoir une photographie de l’endroit où elle est décédée.”

Julie Esposito, une amie et camarade de sa classe de seconde au lycée du Sacré Cœur (1er arrondissement de Marseille) décrit Orane comme une « grande sœur ». « Elle était très mature, raconte-t-elle. Elle avait ce côté protecteur que tout le monde aimait. Elle était aussi bonne élève et avait réussi à rentrer dans un lycée assez huppé de Marseille. Elle était motivée pour la prochaine année scolaire et était passionnée de cuisine et de voyages », précise-t-elle. «  D’ailleurs, elle partait tous les étés avec la colonie de vacances du comité d’entreprise de son père (ndlr, le CE de l’aéroport de Marseille). » Lorsque les deux jeunes femmes s’étaient vues autour d’un café une semaine avant le début du voyage d’Orane, elles avaient beaucoup discuté des vacances. « Les États-Unis, c’était son rêve, raconte Julie. Elle parlait de s’éclater, de profiter de ce pays qui l’attirait énormément et de ramener un tas de souvenirs. »

Julie, très affectée par la mort d’Orane, fait tout pour que son amie ait un hommage digne. Après avoir contacté sa famille et tous ses amis, elle a appelé son lycée, au sein duquel une cérémonie aura lieu très prochainement. Sur Facebook, elle vient d’écrire sur son profil qu’elle « promet, un jour, de se rendre sur les lieux de l’accident pour lui dire adieu. »

La mère d’Orane, qui devait partir dimanche dernier sur les lieux du drame, n’a finalement pas pu prendre d’avion. En cause, les autorités françaises qui tarderaient à mettre les moyens en place, selon Rémy, le frère d’Orane.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related