Subscribe

Affaire Ligonnès: un énième signalement ranime l’émoi médiatique 18 mois après le drame

Un nouveau signalement de Xavier Dupont de Ligonnès, père de la famille dont la femme et les quatre enfants ont été retrouvés assassinés à Nantes en avril 2011, a relancé l’émoi médiatique autour de l’affaire, à Dieppe en Seine-Maritime, même s’il s’ajoute à quelque 700 signalements déjà vérifiés depuis le drame.

Alors qu’aucun élément n’attestait mardi matin qu’il s’agisse d’une piste plus sérieuse que les précédents signalements, les équipes de télévision et de radio se succédaient mardi matin sur place après la diffusion de l’information du signalement lundi soir par RTL. Exaspéré, le directeur d’un hôtel où aurait été signalé un homme ressemblant au fugitif – qui ne souhaitait plus communiquer le nom de son établissement – a déclaré mardi matin: “J’ai signalé à la police une grivèlerie, d’un client parti dimanche à midi de mon établissement sans payer, point barre !” “C’est une mayonnaise qui n’a pas lieu d’être”, a-t-il ajouté. Il a néanmoins reconnu que la chambre avait fait l’objet d’une enquête poussée des policiers, ajoutant: “C’est la première fois qu’une chambre non payée enclenche des prélèvements ADN”.

Considéré comme suspect numéro un de l’assassinat des cinq membres de sa famille tués par balle et enterrés sous la terrasse de leur maison familiale, M. Dupont de Ligonnès a été vu pour la dernière fois par des témoins le 15 avril 2011 à Roquebrune-sur-Argens. Depuis lors, aucune trace de lui, vivant ou mort, n’a été retrouvée, en dépit d’un mandat d’arrêt international, de plus de 700 signalements, plus de 2 000 procès verbaux d’audition et d’investigations. La thèse du suicide a très tôt été évoquée par le parquet de Nantes, mais l’absence de corps n’a pas permis de l’attester formellement jusqu’ici.

Même si la fréquence des signalements a diminué après les six premiers mois, cet homme brun au visage régulier et ordinaire est encore de temps à autre signalé en France ou en Europe, déclenchant de nouvelles vérifications, jusqu’ici sans suites.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related