Subscribe

Alain Minc plaide pour des liens renforcés entre l’Europe et les Etats-Unis

La French-American Foundation a accueilli jeudi 16 avril l’homme d’affaires Alain Minc, qui fut l’un de ses premiers young leaders, lors d’un déjeuner à la Century Association.

Diplômé de l’Ecole des Mines de Paris et de l’ENA, M. Minc a d’abord été inspecteur des finances, avant de fonder en 1991 le cabinet AM Conseil. Au journal Le Monde, il a été président du conseil de surveillance et de la Société des lecteurs. En prenant la parole à New York, Alain Minc s’est dit heureux de s’exprimer devant d’anciens amis, lors d’un déjeuner qu’il a qualifié de “familial”. L’ancien “visiteur du soir” de l’Elysée a abordé plusieurs aspects de la situation économique européenne, en s’attardant assez peu sur le cas français, “petite île sur le continent”. Il a présenté ses convictions sur la crise, l’austérité, la place de l’Allemagne, le populisme, le sentiment anti-européen et sur les défis que les Etats membres doivent relever d’après lui.

Il est aussi revenu sur le rapport entre les Etats-Unis et l’Union européenne. Au cours du premier mandat de Barack Obama, “l’Europe n’était clairement pas la priorité”. L’Union était perçue par l’administration américaine comme “riche, calme, feignante et comme un partenaire de confiance.” Selon Alain Minc, l’Amérique ne peut se permettre que l’Europe se fragmente. Il se dit optimiste pour une politique plus européenne au cours du second mandat du président Obama. Le Royaume-Uni a par exemple été averti par son allié de ne pas se placer en dehors de l’Europe. Les travaux en cours en vue de l’élaboration d’un traité de libre-échange transatlantique obligent à revenir à des discussions qui s’étaient interrompues depuis de longues années. L’administration américaine est aussi à l’origine de pressions pour atténuer les politiques européennes d’austérité. “En l’absence de l’ennemi contre lequel l’Europe s’était construite, Staline, nous avons besoin de cette force d’entraînement venant d’un vieil ami, les Etats-Unis”, a conclu M. Minc.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related