Subscribe

Albert Benichou, le chansonnier engagé

À 47 ans, cet auteur-compositeur juif algérien qui a grandi à Marseille livre des chansons à la fois intimes et politiques. Un message sans esbroufe et sans haine, à l’image de sa musique douce et acoustique.

Vous n’avez sûrement jamais entendu parler d’Albert Benichou. « Je ne suis ni assez jeune, ni assez sexy pour être signé sur un label », confie le musicien quadragénaire encore confidentiel. Pourtant cet homme d’apparence ordinaire gagne à être connu. Auteur-compositeur-interprète de morceaux mélangeant chanson française, jazz, folk et bossa nova, Albert Benichou est un de ces artistes-artisans, qui n’écrivent des chansons que dans le but qu’elles soient entendues. « Mon ambition principale, ce serait de pouvoir gagner juste assez de notoriété pour pouvoir exercer mon activité de création à plein-temps », explique le musicien qui doit pour l’instant travailler comme gérant d’un studio d’enregistrement. « Toute la musique sur ce site peut être librement téléchargée, copiée et passée à des amis », peut-on par exemple lire sur sa page web. Mais pour faire passer ses messages intimes et politiques, la scène reste son terrain de jeu préféré. Même si dans la tradition des grands chansonniers qui l’ont inspiré comme Brassens et Moustaki, ses textes sont en français, l’artiste fait toujours en sorte que son message soit compris, soit en l’expliquant à son public américain, soit en projetant une traduction simultanée sur scène. Installé depuis 11 ans à Berkeley pour suivre son épouse, ce Californien d’adoption estime que cet exil lui a aussi permis d’avancer artistiquement. « Ici, explique-t-il, dès que les gens ont vu que j’avais un peu de talent, immédiatement, ils m’ont poussé à faire quelque chose, à composer, à me produire sur scène. Pas en France. En plus, le fait que je chante en français m’a plutôt aidé, ça paraissait exotique. »

Engagé mais pas enragé
Si la musique est centrale dans la vie d’Albert Benichou, les textes sont tout aussi importants. Les thèmes qu’il y aborde oscillent entre expériences personnelles et revendications politiques. Bien qu’il soit fortement engagé, le chansonnier, qui fustige à la fois « la culture d’assistés de la société française » et l’oppression israélienne contre les Palestiniens, défend des positions difficiles à définir selon un clivage gauche-droite classique. Ce juif traditionaliste, qui se définit lui-même comme « presque orthodoxe » n’apporte pas pour autant un soutien inconditionnel aux décisions politiques d’Israël. « Si on a un petit sens de justice, il faut défendre l’oppressé », affirme-t-il avec conviction. Comme dans sa chanson « Debout petits », où il exhorte par exemple sur un rythme apaisant de bossa nova les jeunes Israéliens et Palestiniens à en finir avec le conflit armé qui ronge cette région du monde depuis des décennies.

Infos pratiques :
Le site internet d’Albert Benichou : www.albertbenichou.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related