Subscribe

Alberto Contador, vainqueur du Tour de France

Alberto Contador, vainqueur dimanche à 26 ans de son deuxième Tour de France, a démontré durant trois semaines une capacité hors du commun à résister à la pression, forgée par une douloureuse histoire personnelle et familiale.

Fier, peu enclin à dévoiler ses sentiments, l’Espagnol a traversé le Tour 2009 avec un masque. A chacune de ses apparitions devant la presse, il a été assailli de questions sur son conflit avec Armstrong et sa solitude au sein de sa propre équipe.

Aussi sec face aux micros que dans ses démarrages en côte, il s’en est tenu à un seul discours: “Je savais que ce Tour serait très difficile, en course mais aussi en dehors de la course. Le fait de le savoir à l’avance a été très utile pour moi, j’ai pu m’y préparer et gérer la situation.”

Après une semaine de course, alors que la tension semble à son comble, il temporise: “Je suis tranquille, concentré sur la course. Je n’accorde aucune importance à cette polémique. LeTour de France est une course très exigeante, on ne doit pas y dépenser d’énergie inutile”.

Inutile de l’interroger plus avant. Contador n’affiche pas ses états d’âme. Le mystère de sa force

mentale, il faut donc le chercher ailleurs. Et remonter le fil de sa vie.

Aujourd’hui au faîte de la gloire, ce fils d’une famille pauvre de quatre enfants a frôlé la mort il y a 5 ans. A 21 ans, en plein Tour des Asturies, il s’écroule en pleine course. Début de rupture d’anévrisme. Quelques jours plus tard, on lui diagnostique un oedème cérébral qui nécessite une opération extrêmement délicate.

La chirurgie fait un miracle. Le cerveau de Contador ressort indemne. Pendant sa convalescence, sa mère lui répète chaque jour la devise qu’elle lui a enseigné tout enfant: “Vouloir, c’est pouvoir”. Sur sa table de chevet, le jeune cycliste retrouve une énergie en lisant le livre d’un autre miraculé, un certain… Lance Armstrong.

“Un enfant inquiet, nerveux…”

Sur le Tour, lorsqu’on lui a demandé si la prise du maillot jaune était la plus belle victoire de sa vie, il a répondu: “Non. Le jour le plus heureux de ma vie, c’est un jour de 2005, quand j’ai repris la compétition après mon opération.”

L’angoisse, l’hôpital, les parents d’Alberto connaissaient déjà. Raul, le frère cadet du champion, est atteint de paralysie cérébrale: 21 ans, cinq ans d’âge mental. Alberto a été élevé avec ce frère, qui accaparait beaucoup l’attention de ses parents. Jamais ils n’ont pu accompagner Alberto sur les courses, ou faire des folies pour lui.

Derrière le masque du champion, on croit deviner une sensibilité à vif. Le soir de sa victoire à Verbier, lorsqu’enfin il démontre sa supériorité sur Armstrong, il se lâche un peu: “J’avais besoin que cette étape arrive, parce que j’ai passé des journées pas faciles.”

Sa mère, Paquita, décrit un enfant “inquiet, nerveux et très imaginatif. Il était sans cesse en train d’inventer des jouets. Il était très adroit de ses mains. Ce qui le caractérise, c’est l’envie et la force de volonté”.

Contador a aussi souffert de la suspicion qui l’a accompagné lors de ses premiers exploits. Jeune, il était un poulain de l’entraîneur espagnol Manolo Saiz. A l’époque, Alberto considérait même Saiz comme “un deuxième père”. Jusqu’à ce que son mentor soit accusé d’avoir joué un rôle central dans l’affaire de dopage sanguin dite “Puerto”.

“Mon nom a d’abord été associé à cette affaire”, a reconnu Contador, “mais l’UCI (Union cycliste internationale) a vite rectifié cette erreur. Je suis totalement en dehors de tout cela”.

Les vainqueurs d’étapes du Tour de France 2009:

1re étape (Monaco, c.l.m.): Fabian Cancellara (SUI/Saxo Bank)

2e étape (Brignoles): Mark Cavendish (GBR/Columbia)

3e étape (La Grande-Motte): Mark Cavendish

4e étape (Montpellier, c.l.m. par équipes): Astana

5e étape (Perpignan): Thomas Voeckler (FRA/Bouygues Telecom)

6e étape (Barcelone): Thor Hushovd (NOR/Cervélo)

7e étape (Arcalis): Brice Feillu (FRA/Agritubel)

8e étape (Saint-Girons): Luis Leon Sanchez (ESP/Caisse d’Epargne)

9e étape (Tarbes): Pierrick Fédrigo (FRA/Bouygues Telecom)

10e étape (Issoudun): Mark Cavendish

11e étape (Saint-Fargeau): Mark Cavendish

12e étape (Vittel): Nicki Sörensen (DEN/Saxo Bank)

13e étape (Colmar): Heinrich Haussler (GER/Cervélo)

14e étape (Besançon): Serguei Ivanov (RUS/Katusha)

15e étape (Verbier): Alberto Contador (ESP/Astana)

16e étape (Bourg-Saint-Maurice): Mikel Astarloza (ESP/Euskaltel)

17e étape (Le Grand-Bornand): Frank Schleck (LUX/Saxo Bank)

18e étape (Annecy, c.l.m.): Alberto Contador

19e étape (Aubenas): Mark Cavendish

20e étape (Mont Ventoux): Juan Manuel Garate (ESP/Rabobank)

21e étape (Paris Champs-Elysées): Mark Cavendish

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related