Subscribe

Antonin Baudry, le scénariste de “Quai d’Orsay” tombe le masque

Ce n’était plus vraiment un secret dans les couloirs de l’ambassade à New York… : le conseiller aux services culturels a une double identité. Tantôt Antonin Baudry, dans l’exercice de ses fonctions diplomatiques. Tantôt Abel Lanzac, quand il prend la plume. C’est en effet lui qui a signé la bande dessinée à succès Quai d’Orsay, parue en 2010 et son tome 2, sorti en 2011.

Alors qu’il refusait de donner des entretiens à visage découvert, le scénariste de l’opus politique a tombé le masque le week-end dernier. C’est au Festival de la BD d’Angoulême, où il s’est vu remettre le Prix du Meilleur album, qu’il a dévoilé la barbe derrière le pseudonyme. Un élément de style que les New-Yorkais lui voyaient cultiver depuis quelques mois.

“Jusqu’ici, je me sentais obligé de garder l’anonymat”, a expliqué Antonin Baudry, 37 ans, après être allé chercher son prix sur scène. Il précise au passage avoir débarqué dans le milieu des diplomates tel “un Candide”. Ses Chroniques diplomatiques retracent, dans le premier volume du best-seller, l’hystérie d’un cabinet ministériel. Il est difficile de ne pas y reconnaître Dominique de Villepin, à l’époque où il était aux Affaires étrangères. Antonin Baudry n’était autre que sa plume.

Dans le tome 2, récompensé dimanche, le ministre est emporté dans le tourbillon diplomatique précédant l’invasion de Lousdem, de Paris à la tribune de l’ONU à New York, en passant par… le Club Med. Opposé à l’intervention américaine, le virevoltant Taillard de Vorms, ministre en poste, s’évertue à rallier à sa position les autres membres du Conseil de sécurité. Epaules larges, allure altière, chevelure ondoyante, verbe épique et parole qui claque, le ministre est sur la brèche jour et nuit et rend fou son cabinet. En 2003, Villepin était à l’ONU l’incarnation de l’opposition de la France à la guerre en Irak.

La BD est en cours d’adaptation au cinéma par Bertrand Tavernier, avec un scénario co-écrit par Baudry et son dessinateur à succès, Christophe Blain. Le tournage serait déjà terminé et le montage en cours, selon le conseiller des services culturels, qui a fait l’Ecole polytechnique et l’Ecole normale supérieure en Lettres, et qui aujourd’hui est aussi concepteur de jeux de société.

Quai d’Orsay, chroniques diplomatiques (Dargaud), Abel Lanzac et Christophe Blain.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related