Subscribe

Arrestation de 129 manifestants anti-Wall Street à Boston

La police a interpellé 129 personnes aux premières heures de la matinée mardi à Boston (nord-est des Etats-Unis) en dispersant une manifestation anti-Wall Street, une des plus importantes opérations policières depuis le début du mouvement.

Le porte-parole de la police de Boston Eddy Chrispin, joint par téléphone, a indiqué que “la majorité” des personnes arrêtées l’avaient été pour rassemblement illégal. “Tous ceux qui ont été arrêtés ont choisi de l’être”, a affirmé M. Chrispin, la police leur ayant demandé de se disperser dans le calme. La plupart des personnes interpellées ont ensuite été libérées sous caution, en attendant leur jugement dans la journée, selon le porte-parole.

Sur son site internet, le mouvement “Occupons Boston” a affirmé que “des centaines de policiers en tenue antiémeute” avaient “brutalement attaqué” les manifestants. Néanmoins, des photos sur le même site montrent des policiers sans casque ni tenue antiémeute, encerclant les manifestants et leur passant des menottes en plastique.

Selon le Boston Globe, les manifestants scandaient pendant ce temps “uni, le peuple ne sera jamais vaincu”, “c’est une manifestation pacifique” et “le monde entier regarde”. Le quotidien, citant la police, a indiqué qu’un policier avait reçu un coup de poing au visage, mais que personne parmi les manifestants et les policiers n’avait été blessé. Selon M. Chrispin, les manifestants avaient au départ reçu l’autorisation de manifester dans le centre-ville, sur Dewey Square, mais “leur nombre a augmenté et ils se sont répandus dans les rues avoisinantes”.

Le maire de Boston Thomas Menino a justifié l’opération de police en indiquant au Boston Globe qu’il “respectait la liberté d’expression” mais qu’il y avait “une ville à gérer” et que “la désobéissance civile ne peut être tolérée”. “Je suis d’accord avec eux”, a-t-il ajouté, “les saisies, les rapaces de la finance, ce sont des questions sur lesquelles j’ai travaillé toute ma vie, mais on ne peut pas bloquer une ville”.

Sur son site, “Occupons Boston” a appelé aux dons pour réunir au moins 4.000 dollars afin de couvrir les frais d’avocats des personnes interpellées. A 10h30, 5.480 dollars avaient été récoltés sur le site wepay.com. Les manifestations de ce genre se sont multipliées depuis trois semaines à travers le pays pour dénoncer la cupidité des milieux d’affaires et de la finance, jugée responsable de la crise économique, ainsi que la manière dont la Bourse de Wall Street interférerait avec la politique américaine. Sur leur site internet, les organisateurs de ces mouvements ne s’étendent pas sur des revendications concrètes, mais affirment que “la chose que nous avons tous en commun est que nous sommes les 99% qui ne tolèreront plus la rapacité et la corruption du 1% restant”.

Quelque 700 personnes avaient été arrêtées le 1er octobre à New York pour avoir bloqué la circulation sur le pont de Brooklyn au cours d’une manifestation contre les effets de la crise économique, la plupart étant libérées rapidement par la suite.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related