Subscribe

Arrestation de Dominique Strauss-Kahn : les réactions du PS

Ségolène Royal s’exprimait au JT de France 2. Elle a dit ressentir “beaucoup de tristesse d’abord devant la tragédie personnelle d’un homme”. “Les socialistes garderont leur maîtrise. Nous n’ajouterons pas la crise à la crise”, a déclaré Ségolène Royal.

“La mise en examen intervient très rapidement, c’est ce qui donne à la personne concernée d’accéder à son dossier et de se défendre. Dans cette attente, chacun doit respecter les règles fondamentales de la démocratie, qui fait qu’un accusé reste présumé innocent.”

Jean-Marc Ayrault, patron des députés PS, a estimé dimanche que l’inculpation de Dominique Strauss-Kahn pour agression sexuelle et tentative de viol n’était “pas une affaire du PS”, et a souhaité que soit respectée la présomption d’innocence.

Invité sur LCI/Figaro/RTL, M. Ayrault a déclaré: “ce n’est pas une affaire du PS, c’est clair, ne mélangeons pas les choses (…) nous respectons DSK, ce qu’il est, une grande personnalité internationale. Sa compétence n’est pas en cause, il est mis en cause sur une affaire privée, qui est grave si elle est avérée, mais restons sur le principe de la présomption d’innocence”.

“Laissons la justice faire son travail et peut être que très vite DSK sera blanchi”, a-t-il ajouté.

Interrogé sur le fait de savoir si DSK pouvait toujours être candidat à la primaire socialiste, M. Ayrault a répondu: “s’il est blanchi, évidemment la question se repose en des termes différents”, mais il a précisé qu’en tout état de cause les primaires ne seraient “pas mises en suspension”.

Avant de rappeler qu’un calendrier avait été fixé, prévoyant le dépôt des candidatures du 28 juin au 13 juillet.

M. Ayrault a raconté avoir appris la nouvelle de l’arrestation de Dominique Strauss-Kahn tôt dimanche: “Je ne vous cache pas que j’étais sous le choc. En toute sincérité. J’ai peine à y croire en définitive. C’est tellement invraisemblable”, a-t-il dit.

“Si les faits sont avérés -c’est la justice qui le dira- c’est effectivement très grave”, a-t-il fait valoir.

“Ce que je voudrais dire avec gravité, c’est que ce qui vient de se passer, nul n’a le droit de l’utiliser -que ce soit la droite, que ce soit la gauche- à des fins de politique intérieure”, a dit également le député-maire de Nantes.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related