Subscribe

Arrestation d’un homme au Canada poursuivi aux Etats-Unis pour terrorisme

Un homme de 38 ans a été arrêté mercredi au Canada, sur mandat d’arrêt des Etats-Unis, pays qui le soupçonne d’avoir participé à un complot pour organiser des attentats en Irak, dont un a tué cinq soldats américains en 2009, a annoncé le ministère américain de la Justice.

Il a été appréhendé à Edmonton (Alberta, ouest) où il est toujours détenu en attendant son extradition, a déclaré à la télévision publique canadienne CBC un porte-parole de la Gendarmerie royale (GRC, police fédérale), le sergent Patrick Webb. “Le FBI nous a donné beaucoup d’informations pour identifier le suspect”, a-t-il ajouté. L’homme, dont la nationalité n’a pas été précisée, fait l’objet d’une plainte déposée le 14 janvier devant un tribunal fédéral de New York. “L’administration américaine va demander son extradition en vue de son procès”, a précisé le ministère dans un communiqué. Il est accusé de “complot pour tuer des Américains à l’étranger et soutien matériel à ce complot terroriste”. Il risque la prison à vie. Il est soupçonné d’avoir participé à un “réseau terroriste international qui a commis de nombreux attentats suicide en Irak”.

Cinq Américains sont morts le 10 avril 2009 sur une base militaire américaine de Mossoul dans un attentat perpétré par “un Tunisien dont le voyage et les actes en Irak ont été organisés par le réseau terroriste”. “Le lendemain, le prévenu a discuté avec un des membres (du réseau) basé en Irak”, a expliqué le ministère, précisant qu’il s’était félicité avec son interlocuteur de la réussite de l’attentat.
“Le réseau est également soupçonné d’être à l’origine d’un attentat suicide contre un commissariat de police le 31 mars 2009 au cours duquel sept Irakiens ont été tués”, perpétré aussi par des Tunisiens arrivés en même temps que l’auteur de l’attentat contre la base américaine, a-t-il poursuivi.
De même source, le réseau a tenté en vain d’envoyer un second groupe de Tunisiens en Irak en mars 2009 mais ils en ont été dissuadés par le prévenu. “Essayez de tout supprimer… de votre ordinateur, ne laissez aucun renseignement derrière vous, ne laissez aucune trace”, leur a-t-il dit dans des échanges sur internet.

Il est enfin soupçonné d’avoir envisagé de commettre lui-même un attentat suicide en janvier 2010.

 

Related