Subscribe

Art Spiegelman, du dessin underground au musée

Le Jewish Museum de New York présente une rétrospective passionnante de l’œuvre dessinée d’Art Spiegelman du 8 novembre au 23 mars 2014.

“Le roman, c’est un miroir que l’on promène le long du chemin”, selon la formule balzacienne. A parcourir l’œuvre du célèbre dessinateur américain, on peut affirmer que le comic-book peut aussi être défini ainsi. Le surnom d’Itzhak Avraham ben Zeev est déjà un projet artistique. “Spiegel” signifie “miroir” en allemand. Par une hybridation de langues, Art Spiegelman peut se traduire par “l’art réfléchit l’homme”. 

Le dessinateur est mondialement connu pour son chef-d’œuvre Maus qui raconte l’histoire de ses parents juifs polonais pendant la Shoah, seule bande dessinée à avoir obtenu le prix Pulitzer. Elle figure dans les programmes scolaires français au côté de Si c’est un homme de Primo Levi. Mais Spiegelman ne veut pas être réduit à “l’Elie Wiesel de la bande dessinée ».

Avocat de la BD

Encyclopédie vivante de la bande dessinée américaine et européenne, Art Spiegelman s’est toujours efforcé de faire tomber les barrières entre Art majeur et art mineur, en militant pour une hybridation des domaines artistiques à force de copies, collages et de collaborations avec des artistes extérieurs au monde de la bédé.

Art Spiegelman’s Co-Mix : A Retrospective fut d’abord organisée au Festival international de la bande dessinée d’Angoulême en 2012, placée sous la présidence de l’artiste. Elle est ensuite passée par le Centre Pompidou, Cologne et Vancouver, avant d’arriver pour la première fois aux Etats-Unis. Cette exposition permet de (re)découvrir les débuts transgressifs de Spiegelman au sein des publications underground des années 1960 et 1970, s’épanouissant dans la contre-culture et la contestation politique. Il dessine alors des comix, la dernière lettre balisant l’attention portée sur les sujets “adultes”, la présence de violence et de sexe. Puis vient le temps de la mémoire et de l’introspection (Prisoner on the Hell Planet sur le suicide de sa mère, la collection Breakdowns, Portrait of the Artist as a Young %@&*! et l’album post 11-Septembre In the Shadow of No Towers).

Avec sa femme, la Française Françoise Mouly, il fonde le magazine RAW en 1980, qui accueille ancienne et nouvelle génération d’auteurs graphiques américains et européens, dont les Français Jacques de Loustal et Jacques Tardi. Sont aussi exposées ses illustrations d’albums pour enfants et les dessins de presse parues dans Playboy, Harper’s, The New York Times et The New Yorker, où Françoise Mouly assure la direction artistique depuis 1993. Ces dernières années, Spiegelman a poursuivi son travail de “polinisation” des autres formes d’art. Pour le spectacle Hapless Hooligan in “Still Moving” il a collaboré avec la compagnie de danse Pilobolus. La première de son spectacle musical Wordless!, sur une musique du compositeur de jazz Phillip Johnston, aura lieu en janvier prochain au BAM.

 

Art Spiegelman’s Co-Mix: A Retrospective

The Jewish Museum

1109 5th Avenue

New York, 10128

Plus d’informations sur le site du musée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Le Cannet, le Giverny de Pierre BonnardLe Cannet, le Giverny de Pierre Bonnard Comme tous les grands peintres, Pierre Bonnard aura bientôt son propre musée. Le sien est en préparation au Cannet, où il a passé les dernières années de sa vie. À l'occasion de […] Posted in Culture
  • 50 tableaux français exposés au MET Cinquante tableaux français de la Wheelock Whitney Collection sont exposés au Metropolitan Museum of Art (MET) de New York, jusqu'au 21 avril 2013. "Je cherche à suivre la nature en […] Posted in Culture