Subscribe

Attentat d’Oslo : Anders Behring Breivik le “maléfique”

Les enquêteurs norvégiens sont déroutés par la personnalité “maléfique” d’Anders Behring Breivik, qui a avoué le carnage de vendredi mais vit dans son propre monde, selon le chef du renseignement norvégien.

C’est une personne “absolument maléfique, (…) très calculatrice, très froide et très intelligente”, a déclaré Janne Kristiansen, la directrice du Service de sécurité de la police (PST) norvégien.

“Il a préparé ça depuis un temps fou”, a souligné Mme Kristiansen.

“Je pense qu’il n’a probablement pas de complices, en conséquence il a le contrôle total (…). Il a le contrôle de la situation parce que lui seul peut nous dire quoi faire, et que nous n’avons pas de source”, a-t-elle regretté.

La police norvégienne cherche toujours à savoir s’il y a un ou plusieurs complices et d’autres bombes. C’est la “priorité” à l’heure actuelle, a ajouté Mme Kristiansen.

Mais “nous n’avons aucun indice parce qu’il ne communique qu’avec lui-même. Il mène une vie parallèle: les gens autour de lui pensent qu’il est une personne ordinaire, mais en son for intérieur c’est quelqu’un de complètement différent. D’absolument maléfique”, selon la chef du PST.

Pour elle c’est “un loup solitaire”, qui “est parvenu à échapper à tous les radars”. “Quoiqu’il en soit nous allons tous tirer des leçons de cette affaire”, a ajouté Mme Kristiansen. Lors de ses auditions par la police et sa comparution lundi devant un juge à Oslo, Anders Behring Breivik, qui se décrit comme un “chevalier templier” en croisade, a évoqué “plusieurs cellules” de son organisation, en Norvège et à l’étranger.

La police norvégienne, qui collabore avec plusieurs services de renseignement européens et américain, enquête sur la possible utilisation d’un talkie-walkie par le tireur, a indiqué Mme Kristiansen.

Une équipe de démineurs a détruit dans la nuit de mardi à mercredi des explosifs stockés dans la ferme qu’Anders Behring Breivik louait au nord d’Oslo, officiellement pour y cultiver des légumes.

Dans un manifeste de 1 500 pages qu’il a publié juste avant les attaques, l’extrémiste norvégien explique avoir investi dans cette ferme afin d’avoir une couverture crédible à ses achats de produits explosifs, notamment des engrais.

La double attaque vendredi après-midi, un attentat à la voiture piégée dans le quartier du gouvernement à Oslo et une fusillade sur l’île d’Utoeya à 40 kilomètres de la capitale norvégienne, a coûté la vie à 76 personnes, principalement des jeunes, selon un bilan encore provisoire.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related