Subscribe

Aux armes… et Tsonga…

Journée intense à Roland-Garros où beaucoup de matchs se sont déroulés aujourd’hui à cause des interruptions de la veille. Les favoris sont là et Jo-Wilfried Tsonga se retrouve déjà dernier Français en lice.

Tsonga à l’arraché

C’est un Jo-Wilfried Tsonga ému qui a pris la parole sur le court central après sa victoire contre le Néerlandais Thiemo De Bakker 6-7, 7-6, 6-3, 6-4 : « Aujourd’hui c’est grâce à vous que j’ai pu rester dans le match, merci pour votre soutien, » a-t-il lâché au micro de Cédric Pioline, la voix tremblante.

Le match fut rude mais d’un niveau modeste, la faute à des contractures au mollet qui ont handicapé le numéro 1 français : « Pendant le match, je me disais à moi-même que je n’avais pas mal et ça m’a permis de rester dans le match, car c’est vrai j’ai souffert. Beaucoup souffert même. »

Ce matin, les autres Français engagés avaient montré une belle résistance. Nicolas Mahut et Florent Serra se sont logiquement inclinés face à deux gauchers spécialistes de la surface, Jürgen Melzer (6-1, 3-6, 7-6, 6-4) et Fernando Verdasco (6-2, 6-2, 0-6, 6-4). « C’est vrai que je suis le seul Français qui reste maintenant. Je trouve ça triste, c’est vraiment dommage, mais je dois continuer à faire mon boulot et à avancer », a déclaré Jo-Wilfried Tsonga. C’est la première fois en quinze ans qu’il n’y a qu’un représentant Français au troisième tour. À titre de comparaison, ils étaient encore sept joueurs à ce stade l’année dernière.

Aravane Rezaï  : joue-la comme Monfils

Les Français sont décidément abonnés aux matchs marathons. Après le numéro 2 français Gaël Monfils, mardi contre l’Italien Fognini, Aravane Rezaï, la numéro 2 française n’a pas pu aller au bout de sa rencontre contre Nadia Petrova. Les quelque spectateurs restés sur le court central ont vu les joueuses se séparer sur un score de 7-6, 4-6, 7-7, en 2 heures 33 de jeu. La nuit est venue interrompre la partie, qui devrait reprendre samedi. Aravane Rezaï essayera d’y arracher sa qualification pour les huitièmes.

Samedi, Marion Bartoli essayera aussi de rejoindre les huitièmes de finale après avoir franchi le deuxième tour face à une autre Française, Olivia Sanchez, 7-5, 6-2. Un match commencé la veille. « Hier, les conditions étaient difficiles et Olivia avait très bien démarré le match. Moi je n’étais pas vraiment dedans. Aujourd’hui c’était bien meilleur, on peut dire que c’était le jour et la nuit », a souligné la numéro 1 française, beaucoup plus percutante que la veille, où elle avait été menée 5-2.

Federer et Nadal : les cadors aux belles places

Chez les favoris, la légion espagnole continue d’impressionner avec Rafael Nadal, vainqueur de Horacio Zeballos 6-2, 6-2, 6-3 et qui tire dans son sillage les Verdasco, Ferrer, Ferrero et Almagro, tous dans sa partie du tableau.

Pas de souci non plus pour le numéro 1 mondial Roger Federer, face au qualifié allemand Julian Reister – 6-4, 6-0, 6-4 -, ni pour le Serbe Novak Djokovic, devant le Japonais Kei Nishikori (6-1, 6-4, 6-4) et les sœurs Williams.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related