Subscribe

Babolat, le tennis à la française dans le Colorado

Roland-Garros bat son plein. Ce prestigieux tournoi est l’occasion pour les marques de raquettes de faire valoir leurs produits par le biais des joueurs professionnels qu’elles sponsorisent. Babolat, la plus vieille marque de l’histoire du tennis, née à Lyon et active dans le Colorado, a misé sur l’Espagnol Rafael Nadal, numéro un du classement mondial 2008, et l’Américain Andy Roddick. Portrait d’une entreprise familiale qui a toujours su saisir la balle au bond.

« En 1875, un an après que les règles du tennis ont été établies en Grande Bretagne, Bussey, un fabricant de raquettes anglais, est venu à Lyon demander à mon arrière-arrière-grand-père de travailler pour lui », explique Éric Babolat, PDG de l’entreprise qui porte le nom de sa famille depuis 5 générations. « À l’époque, les Babolat étaient des fabricants de cordes de violoncelles très réputées, en particulier chez les luthiers italiens. Nous avons alors commencé à produire des cordages pour raquettes tout en poursuivant notre activité d’origine. » Ainsi débuta la saga de la famille Babolat, qui peut aujourd’hui se targuer d’être l’entreprise la plus ancienne sur le marché du tennis. « René Lacoste, l’un des meilleurs joueurs français du début du XXe siècle utilisait déjà Babolat. »

Pendant longtemps, l’entreprise fabrique uniquement du cordage en boyau. « C’est le matériau qui offre e plus d’élasticité et de souplesse aux joueurs. Andy Roddick par exemple, qui détient le record du monde de vitesse au service avec 240 kilomètres par heure joue avec un cordage en boyau. » En 1986, l’entreprise innove avec des cordes en synthétique. En 1994 enfin, le père d’Éric décide de diversifier la production en lançant la première raquette Babolat. En 15 ans à peine, la marque s’est appropriée entre 25 % et 30 % du marché européen et s’est hissée au 4ème rang mondial derrière les entreprises américaines Wilson, Head et Prince.

En France, le tennis est le sport le plus pratiqué après le football. Plus de 1,1 million de Français sont licenciés. Pourtant, après une vague de popularité dans les années 80, l’engouement s’est tari pendant la décennie suivante. Pour faire face à ce déclin, Babolat a décidé de lancer sa marque aux États-Unis, un marché plus dynamique que celui de l’Hexagone. « En 2000, nous avons créé une filiale de commercialisation à Denver dans le Colorado. C’était la première fois que Babolat s’implantait hors d’Europe », explique Jean-Louis Boyre, président de Babolat pour l’Amérique du Nord. « Les États-Unis sont le premier marché du tennis au monde, sans doute parce que la fédération de tennis américaine (USTA) est plus active et vise un public beaucoup plus large que la fédération française, qui mise surtout sur les plus jeunes en développant des activités ludiques ». L’USTA par exemple a mis en place le « cardio tennis » pour un public adulte et féminin. Ce programme combine des exercices d’échauffement et d’aérobic visant à améliorer le rythme cardiaque des joueurs. En 2007, la pratique du tennis aux États-Unis a ainsi augmenté de 17 %.

En 10 ans, Babolat est parvenu à capter 20 % des parts du marché américain, une réussite que l’entreprise doit notamment à ses innovations. « Le marché du tennis est relativement mature », explique Jean-Louis Boyre. « Croître dans un marché stable signifie prendre des parts aux concurrents. La recherche et le développement sont donc indispensables », souligne-t-il.

Ainsi, Babolat a lancé les systèmes Woofer et Cortex, qui améliorent le contrôle de la balle et réduisent les vibrations lors de la frappe. En arrivant aux États-Unis, Babolat a également dû adapter ses produits puisque la pratique du tennis n’est pas tout à fait la même qu’en Europe : « En France, le tennis est en majorité un sport masculin et jeune alors que les joueurs américains sont plus âgés et préfèrent le double dans des équipes mixtes. Nous avons donc conçu des produits pour les besoins spécifiques de ces joueurs de club », poursuit Jean-Louis Boyre.

Chaque génération Babolat a contribué à développer la marque, que ce soit le grand-père d’Éric qui lança les machines à corder électriques ou son fils qui, le premier, eut l’idée de commercialiser les raquettes aux États-Unis. Éric, lui, a créé il y a un an la Propulse, une chaussure haute technologie dédiée uniquement à la pratique du tennis. « Nous nous sommes aperçus qu’il n’existait pas encore d’offres de chaussures conçues  spécifiquement pour le tennis. Or, c’est un sport où le déplacement du joueur est essentiel. Il doit pouvoir bouger latéralement et revenir au milieu du court de tennis le plus rapidement possible », explique Éric Babolat.

Sa marque a donc développé un partenariat avec l’entreprise Michelin afin de créer des semelles de chaussures parfaitement adaptées aux surfaces des courts. Les Propulse représentent aujourd’hui 15 % du chiffre d’affaires de Babolat après les raquettes (50 %), le cordage et les produits dérivés (35 %). Cinq générations après la création des premiers cordages, le tennis coule toujours dans les veines des Babolat.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Michelin dans la course au pneu anti-gaspiMichelin dans la course au pneu anti-gaspi Un pneu pour polluer moins. L’idée est tendance chez des fabricants de pneumatiques qui rivalisent actuellement d’initiatives pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Dans […] Posted in Business
  • The French touch d’Éric BoyerThe French touch d’Éric Boyer L'entrepreneur Éric Boyer a fondé au début de l'année sa société "The French touch", proposant un service de traiteur français. C'est depuis la Pennsylvanie qu'il travaille avec son […] Posted in Business