Subscribe

Ban Ki-moon fait de Bill Clinton le coordinateur de l’aide en Haïti

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a demandé à l’ex-président américain Bill Clinton de coordonner l’aide internationale à Haïti pour favoriser la reconstruction du pays dévasté par un séisme, a annoncé mercredi son porte-parole Martin Nesirky.

Lors d’une rencontre mercredi, M. Ban a demandé à M. Clinton, qui est son émissaire spécial en Haïti, de “jouer un rôle directeur dans la coordination de l’effort international en Haïti, de la phase de réponse d’urgence jusqu’à celle de la reconstruction”, a déclaré M. Nesirky.

L’objectif, a-t-il dit, est de “donner des directives stratégiques à l’action des Nations unies au niveau international” en Haïti. M. Nesirky a précisé que M. Clinton travaillerait étroitement avec l’administratrice du Programme de l’ONU pour le développement (Pnud) Helen Clark, et avec Edmond Mulet, le chef par intérim de la Mission de l’ONU en Haïti.

“L’idée est d’assurer une cohérence” de l’effort d’assistance, a dit le porte-parole, M. Clinton étant censé mobiliser et coordonner l’aide provenant du secteur privé, des gouvernements et des ONG dans les domaines de la reconstruction et de la fourniture d’abris, avant la saison des ouragans.

La reconstruction d’Haïti, un effort sur le long-terme

Un énorme effort international d’assistance est en cours à Haïti après le tremblement de terre de magnitude 7 du 12 janvier qui a fait plus de 200.000 morts, selon un bilan du gouvernement haïtien communiqué mardi, et causé des destructions considérables dans le pays.

“Le but est de ramener les Haïtiens à un stade où ils ne seront plus préoccupés par leur survie au jour-le-jour et pourront commencer à vivre à l’horizon de la semaine, puis du mois et enfin entamer un effort sur le long terme”, a déclaré M. Clinton.

“Les dirigeants là-bas veulent construire un Etat qui fonctionne, moderne, pour la première fois et je ferai mon possible pour travailler avec toutes les agences de l’ONU et les aider à y parvenir”, a-t-il ajouté.

La semaine dernière, l’ancien président avait appelé les chefs de grandes compagnies multinationales au Forum économique mondial de Davos à voir en la catastrophe d’Haïti l’occasion de sortir ce pays de décennies de pauvreté.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related