Subscribe

Barack Obama annonce des réformes pour les services du renseignement américain

Le président des Etats-Unis Barack Obama s’est mis en première ligne jeudi dans l’affaire de la tentative d’attentat contre un avion de ligne à Noël et a annoncé une série de réformes du renseignement et de la sécurité aérienne pour contrer les desseins d’Al-Qaïda.

Alors que la Maison Blanche a dévoilé en fin d’après-midi un rapport d’enquête intermédiaire sur les carences des agences de renseignement et des systèmes de sécurité aérienne, et la façon d’y remédier, M. Obama a affirmé que “toutes ces agences et leurs dirigeants sont responsables de l’application de ces réformes. Et tous seront rendus responsables s’ils ne le font pas”.

“Je suis moins intéressé par les reproches que d’apprendre de ces erreurs et de les corriger pour que nous soyons plus en sécurité. Car en définitive, je suis le seul responsable”, a ajouté M. Obama, deux semaines après qu’un jeune Nigérian eut essayé de faire sauter un vol entre Amsterdam et Detroit avec des explosifs dissimulés sur lui.

“En tant que président, j’ai la responsabilité solennelle de protéger notre pays et nos compatriotes. Et quand le système échoue, je suis responsable”, a insisté M. Obama, en remarquant que les services de renseignement américains n’avaient pas failli dans la collecte ou le partage des informations, mais dans l’assemblage des pièces du complot qui étaient en leur possession.

M. Obama a aussi rappelé que les Etats-Unis sont “en guerre contre Al-Qaïda”, mais promis que les terroristes ne réussiraient pas à modifier le comportement des Américains. “C’est nous qui définissons le comportement de notre pays. Pas une petite bande d’hommes qui veulent tuer des hommes, des femmes et des enfants innocents”, a-t-il remarqué.

Le suspect, Umar Farouk Abdulmutallab, avait réussi à embarquer à bord du vol de Northwest Airlines avec des explosifs sans être repéré, alors que son nom figurait sur la liste élargie dite TIDE (environ 500.000 personnes) des personnes à risque.

En outre, le père de ce musulman nigérian de 23 ans formé et équipé selon M. Obama par Al-Qaïda au Yémen, avait alerté la diplomatie américaine sur la radicalisation de son fils. La bombe artisanale du jeune homme n’a pas totalement fonctionné et il a été maîtrisé par des passagers.

Ces “erreurs humaines et du dispositif” de sécurité dénoncées par M. Obama ont montré que les Etats-Unis restaient vulnérables à une opération terroriste de grande ampleur, plus de huit ans après les attentats du 11-Septembre et malgré les milliards de dollars investis dans le renseignement et la sécurité.

Plus tôt jeudi, la Maison Blanche a volé à la rescousse d’un responsable du renseignement mis en cause par un journal pour son absence supposée dans la foulée de la tentative d’attentat.

Michael Leiter, qui dirige une agence censée coordonner les efforts de la lutte anti-terroriste, le NCTC, a “été étroitement impliqué dans la réaction du pays à la tentative d’attentat terroriste”, a indiqué la présidence.

Même démenti apporté à une information du Los Angeles Times qui assurait que les autorités américaines avaient eu vent de liens entre M. Abdulmutallab et la nébuleuse terroriste alors que l’avion de Northwest avait déjà décollé.

“Aucune information n’est apparue alors que l’avion était en vol”, a assuré un responsable américain à l’AFP, expliquant que les garde-frontières avaient repéré que le suspect, détenteur d’un visa américain, figurait sur la liste TIDE et s’apprêtaient à lui poser des questions à son arrivée à Detroit.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related