Subscribe

Barack Obama défie les républicains de réformer l’assurance maladie

Le président des Etats-Unis Barack Obama a mis au défi les républicains de présenter des solutions alternatives pour réformer la santé, les pressant vendredi d'”abattre leurs cartes” en vue du sommet sur le sujet qu’il a convoqué la semaine prochaine.

“Les républicains disent qu’ils ont une meilleure façon de le faire”, a affirmé M. Obama, interrogé sur la réforme de la santé lors d’une séance de questions-réponses dans un lycée de Henderson du Nevada, dans la banlieue sud-est de Las Vegas.

“Donc, je veux qu’ils la mettent sur la table. Comme je leur ai dit, comme je l’ai dit il y a un bout de temps, je ne suis pas un type déraisonnable. Si vous me montrez que vous pouvez (…) protéger les gens de problèmes d’assurance, contrôler les coûts, et faire en sorte que les gens sans assurance soient couverts, et le faire pour moins cher, pourquoi ne le ferions nous pas?”, a lancé le président.

“Je m’emparerais de votre idée et dirais que c’est la mienne”, a plaisanté M. Obama. “Je serais heureux de le faire. Alors, abattez vos cartes”, a-t-il ajouté.

Promesse emblématique de la campagne de Barack Obama, la réforme de la santé a été adoptée dans des versions différentes par les deux chambres du Congrès fin 2009. Mais le processus de fusion de ces textes a été interrompu par la victoire inattendue d’un républicain lors d’une élection sénatoriale partielle le 19 janvier, qui a privé les démocrates de leur majorité qualifiée.

Pour sortir de l’impasse, M. Obama avait proposé le 7 février aux républicains un sommet devant se tenir jeudi prochain à Washington et qui serait télévisé.

“Je veux que tout le monde fasse attention jeudi prochain lorsque nous aurons ce sommet à Washington (…) faites attention. Parce que cela n’a rien à voir avec une prise de contrôle du système de santé par le gouvernement”, a plaidé le président, en évoquant un argument souvent opposé par les républicains à ses velléités réformatrices.

La contre-proposition républicaine

L’opposition avait réagi avec méfiance voire hostilité à la proposition de sommet, le chef de la minorité au Sénat, Mitch McConnell, affirmant le 8 février que “si nous voulons parvenir à un consensus des deux partis, la Maison Blanche peut commencer par mettre à la poubelle le projet de loi actuel sur la santé”.

M. Obama souhaite remettre à plat un système d’assurance maladie dominé par les assureurs privés. Alors que ses coûts explosent, il laisse encore plus de 30 millions d’Américains sans assurance maladie.

Mais pendant que les débats s’éternisaient au Congrès, les sondages montraient que les Américains étaient de moins en moins favorables à la réforme montée par les démocrates, ce que M. Obama a reconnu vendredi.

“Le dossier de la santé m’a sacrément bousculé, il a sacrément bousculé Harry” Reid, sénateur du Nevada et chef de la majorité démocrate dans cette assemblée, a expliqué le président, prenant à témoin l’intéressé qui était assis derrière lui.

M. Reid, 70 ans et élu au Sénat depuis 23 ans, pâtit de mauvais sondages, avec en moyenne neuf points de retard sur les républicains, en vue des élections législatives de la mi-mandat en novembre.

“Mais Harry a montré un courage extraordinaire, parce qu’il a dit, tu sais quoi, Barack, nous allons le faire. Je sais que ça va me coûter politiquement, mais c’est important. C’est la bonne chose à faire”, a conclu le président.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related