Subscribe

Barack Obama présente un budget qui reflète les “graves difficultés” des Etats-Unis

Le président américain Barack Obama a affirmé lundi que le projet de budget pour 2011, qui impose des réductions dans certaines dépenses tout en aidant les créations d’emplois, reflétait les “graves difficultés” que les Etats-Unis traversent.

“C’est un budget qui reflète les graves difficultés auxquelles le pays doit faire face. Nous sommes en guerre, notre économie a perdu sept millions d’emplois ces deux dernières années et notre Etat est gravement endetté après ce qui ne peut qu’être qualifié de décennie perdue”, a déclaré M. Obama lors d’une intervention publique à la Maison Blanche.

Le projet de budget envoyé officiellement lundi au Congrès pour l’exercice qui court d’octobre 2010 à septembre 2011 prévoit des dépenses de 3.721 milliards de dollars, en hausse de 3% par rapport à l’exercice en cours.

Après un record de 1.556 milliards de dollars en 2010 (10,6% du produit intérieur brut), le déficit pour 2011 descendrait à 1.267 milliards, soit encore 8,3% du PIB, avec l’objectif de revenir à 4,2% du PIB en 2013, fin du mandat de M. Obama.

“Le fait est qu’il y a dix ans, nous avions un excédent budgétaire de plus de 200 milliards avec des projections d’excédents à l’avenir. Mais au cours des dix dernières années, la précédente administration (du républicain George W. Bush) et les précédents Congrès ont créé un programme coûteux de (remboursement) de médicaments, adopté des réductions massives d’impôts pour les riches et payé deux guerres sans financer quoi que ce soit”, a énoncé le président.

M. Obama a aussi affirmé que la gravité de la situation économique et du chômage face à laquelle son équipe s’était retrouvée lors de sa prise de fonctions début 2009 l’avait contraint à retarder le programme de réduction des déficits.

“Nous ne devons pas simplement dépasser cette crise. Il faut nous occuper de l’irresponsabilité qui y a conduit”, a insisté M. Obama, en promettant de ne pas lancer de politiques qui ne seraient pas financées et en traquant le gaspillage.

“Nous ne pouvons pas continuer à dépenser comme si les déficits n’avaient pas de conséquences. Comme si le gaspillage n’avait pas d’importance, comme si les dollars durement gagnés par les contribuables pouvaient être considérés comme de la monnaie de singe, comme si nous pouvions ignorer ces difficultés pendant des lustres”, a martelé le président, en appelant les élus républicains et démocrates à l’aider.

“Ce que je n’accepterai pas, ce que je rejette, ce sont les mêmes postures lorsque les caméras tournent et la même politique budgétaire irresponsable quand elles ne tournent plus. Il est temps que Washington réponde aux mêmes critères que les familles et les entreprises”, a prévenu le dirigeant.

“Il est temps d’épargner ce que nous pouvons, dépenser ce que nous devons et de vivre à nouveau selon nos moyens”, a-t-il conclu.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related