Subscribe

Bernard Arnault et Jacques Attali reçoivent le prix Woodrow Wilson

Bernard Arnault, le PDG de LVMH, et l’économiste Jacques Attali ont été honorés jeudi soir à Washington, recevant respectivement les prix Woodrow Wilson de la citoyenneté d’entreprise et du service public.

Ce prix, du nom du 28e président des Etats-Unis, artisan du Traité de Versailles qui a mis fin à la Première Guerre mondiale, récompense les dirigeants politiques, scientifiques, artistiques et économiques qui ont placé leur action sous le signe du dialogue et de l’ouverture au monde. Bernard Arnaud et Jacques Attali sont les premiers Français récompensés par ce prestigieux centre de recherche politique.

Le général Colin Powell, les diplomates américains Henry Kissinger et James Baker, l’économiste Paul Volcker, l’ex-président brésilien Lula da Silva, l’ancien Premier ministre canadien Brian Mulroney, le couple de tennismen André Agassi et Steffi Graf sont quelques-uns des récipiendaires de ces prix.

Bernard Arnault, PDG de LVMH, le leader mondial de l’industrie du luxe, a été présenté comme “un grand citoyen du monde” par l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair, invité d’honneur de la soirée. Il a été salué comme “un grand chef d’entreprise”, soucieux de la place des femmes à tous les niveaux hiérarchiques, offrant des emplois aux handicapés, préoccupé par la protection de l’environnement et consacrant d’importantes ressources à la promotion des arts. M. Arnault a indiqué aux journalistes qu’il avait reçu plus tôt dans la journée par le président Barack Obama à la Maison Blanche et avait parlé avec lui de la situation économique mondiale.

Jacques Attali, ancien conseiller de François Mitterrand et auteur de 54 livres diffusés à 6 millions d’exemplaires, est président de PlaNet Finance, une fondation pour combattre la pauvreté par la micro-finance, qui compte un millier de salariés dans 80 pays. M. Attali a profité de son passage à Washington pour s’entretenir avec Dominique Strauss-Kahn, le directeur général du FMI, considéré comme un candidat potentiel à l’investiture du parti socialiste français pour l’élection présidentielle de 2012.

Tout en refusant de se prononcer sur les intentions de M. Strauss-Kahn, M. Attali a estimé devant les journalistes qu’il “serait le seul candidat capable de battre le président Nicolas Sarkozy et de résister à une alliance de la droite avec l’extrème droite”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related