Subscribe

Bernard Kouchner : la politique nucléaire française ne changera pas

La France n’entend pas changer de politique de dissuasion nucléaire, a déclaré mercredi son chef de la diplomatie, Bernard Kouchner, en réponse à une question de députés sur la nouvelle stratégie nucléaire américaine.

“Pour le moment la France, qui n’est pas une nation belliciste, n’a pas changé sa politique et il n’est pas question qu’elle la change”, a-t-il dit, lors d’une audition devant la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale.

“Nous avons une force de dissuasion, elle n’attaquera jamais personne et pour le moment nous la maintenons”, a insisté le ministre.

Le nouveau traité russo-américain issu des pourparlers sur la réduction des armes stratégiques (Strategic Arms Reduction Talks, START) que doivent signer jeudi à Prague les présidents russe, Dmitri Medvedev, et américain, Barack Obama, reste “très déclaratoire”, a aussi relevé Bernard Kouchner.

“Les décrets qui l’accompagneront ne sont pas publiés”, a-t-il précisé.

“Un monde sans armes nucléaires”, souhaité par Barack Obama, “cela ne va pas être pour tout de suite”, a aussi lancé Bernard Kouchner. “95% des têtes – des armes avouées car il y a un certain nombre de dissimulations – appartiennent à la Russie et aux Etats-Unis. Nous avons entre 200 et 300 têtes nucléaires”, a-t-il précisé.

Dans le cadre de leur nouvelle doctrine nucléaire dévoilée mardi, les Etats-Unis se sont engagés à ne jamais utiliser l’arme atomique contre un adversaire qui ne la détient pas et qui respecte les règles du Traité de non prolifération nucléaire (TNP). L’Iran et la Corée du Nord font toutefois exception à la règle.

Pour le minstère français des Affaires étrangères, la nouvelle politique américaine confirme “la pertinence de la dissuasion nucléaire”.

L’approche américaine “est convergente avec nos vues”, a assuré lors d’un point-presse le porte-parole du ministère, Bernard Valero. La doctrine française “strictement défensive, limite rigoureusement les cas dans lesquels les armes nucléaires peuvent être employées”, a-t-il rappelé.

En France, “la dissuasion a pour but de garantir la sauvegarde de nos intérêts vitaux, contre toute menace d’origine étatique d’où qu’elle vienne et quelle qu’en soit la forme. L’emploi de l’arme nucléaire ne serait ainsi concevable que dans des circonstances extrêmes de légitime défense, droit reconnu par la Charte des Nations Unies”, a ajouté le porte-parole.

Dès 1995, et ceci avait été repris dans une résolution de l’ONU, la France avait “donné des assurances de sécurité contre le recours ou la menace de recours aux armes nucléaires aux Etats non dotés de l’arme nucléaire parties au TNP”, a enfin précisé Bernard Valero.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related