Subscribe

Bertrand Delanoë conquis par Chicago

Le Chicago French Market était l’étape « française » de Bertrand Delanoë, venu participer, les 26 et 27 avril, au Forum de l’Union des cités et gouvernements locaux. Richard Daley, le maire de Chicago, s’est joint à lui pour célébrer l’amitié entre sa ville et Paris.

Les invités à la réception organisée en l’honneur de Bertrand Delanoë avaient déjà bien entamé le buffet lorsque le maire de Paris a fait son apparition au Chicago French Market. Étant donné le rythme soutenu par l’élu parisien depuis deux jours, personne n’a vraiment songé à lui tenir rigueur de ce retard. Le matin même, il avait participé à une conférence à l’université de l’Illinois où il partageait la vedette avec le secrétaire général de la Maison Blanche Rahm Emanuel, dans le cadre du Forum de de l’Union des cités et gouvernements locaux. (Cliquez ici pour lire le compte-rendu).

« Nous sommes fiers que le maire de Paris ait choisi notre marché pour sa première visite officielle à Chicago », expliquait Sébastien Bensidoun, occupé avec son frère Pascal à finaliser les derniers détails avant l’arrivée de Bertrand Delanoë… et de Richard Daley qui a confirmé sa venue au dernier moment.

Le Chicago French Market, géré par le groupe Bensidoun, une société familiale qui est à la tête des marchés de Paris, a ouvert en décembre dernier dans la gare Olgivie. C’est là que Jacqueline Van Fossan, une Française qui travaille dans un cabinet d’avocats en ville, prend son train tous les jours pour retourner chez elle en banlieue. Depuis son arrivée en 1969, elle a vu la cité des vents se réinventer constamment ces trente dernières années. « On n’aurait jamais osé mettre les pieds ici à l’époque, explique-t-elle en désignant l’emplacement du marché couvert. C’était trop dangereux ».

Aujourd’hui elle est ravie de pouvoir venir y faire ses courses. « C’est formidable, dit-elle. On en avait vraiment besoin dans le coin… Il y a vraiment une atmosphère à la française… ». Elle pense en particulier à Vanille, la pâtisserie de Dimitry Fayard. Le chef français a justement préparé un gâteau splendide représentant la mairie de Paris, avec son cake designer Matt Gismondi, en l’honneur de Bertrand Delanoë.

Renée Johnson, présidente du Comité de jumelage Paris-Chicago se réjouit particulièrement de la visite du maire, qui n’était jusqu’ici, jamais venu en personne. « C’est une véritable reconnaissance pour le travail du comité », souligne cette Parisienne amoureuse de Chicago où elle a vécu pendant huit ans. Elle rappelle que sous l’égide de son association, la coopération entre les deux villes s’étend à des domaines culturel, éducatif, économique ou scientifique.
« Par exemple, l’an dernier nous avons envoyé une équipe de l’Institut Curie à Chicago pour participer à un symposium sur la recherche sur le cancer du sein », explique à titre d’exemple Renée Johnson. En 2007, Richard Daley, le maire de Chicago, avait fait un déplacement dans la capitale française pour fêter les dix ans du pacte d’amitié signé entre les deux villes.

Avant d’aller à la rencontre des représentants de la communauté franco-américaine de Chicago (voir notre galerie photos) le maire a salué la trentaine de commerçants du marché couvert, comme cette fleuriste qui a inscrit près de son stand, sur un tableau noir, des mots de bienvenue pour le maire de Paris.

Dans son discours, Bertrand Delanoë , a trouvé un ton lyrique pour s’adresser au public et évoquer « la fraternité et l’humanité dans vos regards et dans vos sourires qui font vivre un certain art de vivre ». Il a également souligné la qualité de la relation entre les deux villes jumelles et leurs habitants. « Je sais que vous faites vivre quelque chose de beau, plus fraternel, plus chaleureux ». Quelques minutes plus tard, Richard Daley venait à la tribune s’associer à ces mots d’amitié.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related