Subscribe

Bobines de films et spaghettis

Le 23 septembre, le festival Crossing the Line à New York rend hommage au cinéma underground et baroque de Marie Losier et la galerie Luxe expose un avant goût du prochain long-métrage de la cinéaste française, sur le chanteur transgenre Genesis P-Orridge.

L’Alliance Française de New York organise une soirée de projections des films de Marie Losier, cinéaste connue de la scène expérimentale new-yorkaise et cinéphile d’avant-garde qui programme depuis plusieurs années les séries de films français au FIAF. Cette série de courts-métrages undergrounds, dont le documentaire sur le musicien et réalisateur Tony Conrad, qui ont été montrés dans le monde entier, de la Biennale du Whitney Museum à New York au festival du film de Berlin, mettent en scène diverses figures pittoresques au moyen de collages, de surimpressions et de costumes loufoques. Les ressources mobilisées dans ces petits formats potaches, assemblés avec souvent peu de moyens, sont variées (amis, perruques, déguisements d’animaux). Les tartes à la crème volent et une bataille de spaghettis fait même rage sur un toit new-yorkais. Dans ces portraits affectueux d’artistes, que la cinéaste admire ou fréquente, sont souvent mêlés entretiens filmés et participation active des interviewés au film. Ainsi, dans The Ontological Cowboy, Richard Foreman, pape du théâtre expérimental new-yorkais, évoque son enfance et la scène comme espace érotique. Dans Electrocute your stars, le réalisateur George Kuchar discoure en peignoir et bonnet de douche assorti. L’esthétique rétro, l’esprit débridé et ludique qui ordonnent la texture de ces films n’éclipse pas l’hommage à des figures du cinéma underground ou non-narratif qui jalonnent l’œuvre de Marie Losier, de George Méliès à Stan Brakhage.

OUTTAKES, la première exposition solo de Marie Losier, organisée par la Luxe Gallery dans le Lower East Side de Manhattan, présente le travail fait par la cinéaste en préparation de son long-métrage, The ballad of Genesis and Lady Jaye. Pour les besoins du film, elle a suivi pendant plusieurs mois, de New York à Londres en passant par Paris, le chanteur Genesis P-Orridge, figure emblématique du groupe de rock industriel Psychic TV, basé à Brooklyn. Personnage polymorphe et lippu, refait à la chirurgie esthétique, sorte de Debbie Harry trash au carré blond platine, le chanteur du groupe est ici isolé et mis en scène dans une série de photos où il assume différents rôles, masqué, même déguisé en chat féroce. Des extraits du film à venir sont également présentés à la galerie, en avant-goût de cette odyssée psychédélique, dont un clip vidéo de Genesis P-Orridge, poussant la chansonnette entouré d’une ribambelle de boxeurs se dandinant à l’unisson sur un ring.

Infos pratiques
Crossing the Line à L’Alliance Française

Film portraits, 23 septembre, 19h. 

Florence Gould Hall
55 East 59th Street

212 307 4100

Suivi d’une discussion avec Marie Losier et Tony Conrad.

Site web.

OUTTAKES, à la LUXE GALLERY, jusqu’au 8 octobre 2008.
53 Stanton street, New York.
Site web.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related