Subscribe

Boris Diaw : « Je joue mon basket, tout simplement »

Pour sa huitième saison en NBA, Boris Diaw reste serein malgré un début d’exercice compliqué pour son équipe des Charlotte Bobcats. Le capitaine des Bleus se livre sur son début de saison, son rôle dans l’équipe, sans oublier l’équipe de France en ligne de mire.

France-Amérique : Boris Diaw, votre équipe éprouve quelques difficultés en ce début de saison. Comment se porte le groupe malgré ce retard à l’allumage?

Boris Diaw : Malgré les défaites, le groupe va bien et essaie de redresser la barre. On a montré de très belles choses en ce début de saison malgré notre bilan négatif. C’est un peu frustrant, c’est vrai, mais il ne faut pas oublier que le groupe est très jeune et inexpérimenté. Il faut être patient et continuer à travailler dur.

Justement, vous êtes l’un des « vétérans » de l’équipe. Quel est votre rôle au sein du groupe ?

Je suis l’un des joueurs les plus expérimentés de l’équipe, et mon rôle est d’assumer mes responsabilités et d’aider les plus jeunes à progresser. C’est quelque chose que j’apprécie particulièrement. J’observe comment les plus jeunes travaillent et je leur donne des conseils sur le jeu. Mais ne dites pas que je suis vieux, ne vous fiez pas à mes cheveux blancs. Je n’ai que 29 ans (rires) !

Quel regard portez-vous sur vos performances depuis le début de la saison ? Vous alternez le très bon et le moins bon…

C’est vrai. C’est sûr que j’ai été inconsistant, surtout lors des derniers matchs. Il y a des soirs où tu te sens bien, d’autres moins. Je joue mon basket, tout simplement. Des soirs où tu sais que tu peux rendre beaucoup de service et faire gagner ton équipe, et d’autres soirs où tu ne sens pas la dynamique et tu te laisses un peu aller par le manque de concentration général. Il faut que l’on travaille sur ce point précis. Ça va venir, je reste confiant pour la suite de la saison.

Vous entrez dans votre dernière année de contrat, est-ce que cela vous perturbe ou vous motive à réaliser la meilleure saison possible ?

Cela ne me perturbe pas vu que je n’y pense pas. J’essaye de donner le meilleur de moi-même en permanence, je ne pense pas à mon contrat. Vous savez, je ne suis pas une personne qui se prend la tête, bien au contraire. Je suis assez relax, je joue et j’essaye de faire gagner mon équipe. Le reste n’est que secondaire.

Suivez-vous les performances des autres joueurs français de NBA ?

Oui, bien sûr. Nous nous appelons très souvent au cours de la saison, et nous nous voyons avant ou après les rencontres lorsque nos équipes s’affrontent. Tony Parker effectue un bon début de saison, certains ont moins de chance, comme Ronny Turiaf par exemple. Sa blessure au poignet (ndlr : fracture du poignet) l’handicape beaucoup, lui qui était motivé à reprendre la compétition au plus vite après sa blessure de l’été dernier.

Après le splendide parcours des Bleus à l’Eurobasket, vous projetez-vous déjà sur l’échéance olympique en août prochain ?

J’y pense, bien sûr. C’est encore un peu tôt pour se projeter sur la compétition, mais je garde les prochains Jeux Olympiques en ligne de mire. On en discute avec les autres joueurs français de NBA. Il faut que tout le monde joue pour garder le rythme et progresser. Ce sera une échéance importante pour la France du basket et un rêve pour beaucoup d’entre nous. Jouer les Jeux Olympiques, c’est quelque chose d’énorme.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related