Subscribe

BP : la menace écartée, l’heure est à l’enquête

Le puits de BP qui a provoqué la pire marée noire de l’histoire des Etats-Unis n’est plus une menace pour le golfe du Mexique selon les autorités américaines, qui peuvent désormais se concentrer sur les causes de la catastrophe et les responsabilités.

Samedi, l’amiral Thad Allen, qui supervise les opérations de lutte contre la marée noire pour l’administration américaine, avait assuré que le puits exploité par BP “ne représente plus une menace”. La priorité des autorités américaines passe donc à la recherche des causes du drame et à la définition des responsabilités. Plus de quatre mois après l’explosion de la plateforme Deepwater Horizon qui a provoqué l’écoulement de quelque 4,9 millions de barils de pétrole dans le golfe du Mexique, une pièce cruciale, le bloc obturateur défectueux du puits, a été remise aux enquêteurs de la police fédérale américaine (FBI). Le bloc obturateur du puits, ou valve de sécurité, n’avait pas joué son rôle le 20 avril au moment de l’explosion de la plateforme. L’enquête devra déterminer pourquoi.
Plusieurs commissions du Congrès américain se sont déjà penchées dès les premières semaines de la marée noire sur les causes de la catastrophe, multipliant les auditions avec des responsables de BP, de Transocean, propriétaire de la plateforme, et des sous-traitants Halliburton ou Cameron International, qui a fourni le bloc obturateur. Nombre de documents internes à ces sociétés ont été examinés par le Congrès. Ces travaux ont mené à l’adoption à la Chambre des représentants d’un train de mesures anti-marée noire en juillet visant à réformer le secteur du forage en mer, afin d’éviter de nouvelles catastrophes.
Mais l’examen de la valve de sécurité en dira vraisemblablement plus long sur le sujet. Le dispositif sera examiné par une commission spéciale nommée par l’administration Obama qui doit rendre un rapport final en janvier 2011. Les conclusions de cette commission seront transmises à la justice pour d’éventuelles poursuites.
En outre, le département de la Justice a ouvert sa propre enquête. Le ministre de la Justice Eric Holder a précisé que son ministère examinera “une grande quantité de questions allant des fausses déclarations (de la part des sociétés impliquées) à la façon dont certaines entités ont agi”. L’enquête se penchera aussi sur d’éventuelles violations de la réglementation américaine sur la protection de l’environnement. Les groupes écologistes, qui déplorent la destruction sur les côtes américaines du golfe du Mexique de fragiles écosystèmes, ont déposé de nombreuses plaintes.

Parallèlement, les tribunaux doivent gérer la question des indemnisations. L’administration américaine a chargé l’avocat spécialisé dans le droit des victimes Kenneth Feinberg de gérer les dossiers d’indemnisations des victimes de la marée noire.
L’écoulement de pétrole avait pu être contenu à la mi-juillet grâce à la pose d’un entonnoir. Le puits avait ensuite été cimenté.
La marée noire a touché cinq Etat américains, le Texas, la Louisiane, le Mississippi, l’Alabama et la Floride.

L’issue du processus d’enquête déterminera le montant à payer par les responsables de la marée noire. Le représentant démocrate Ed Markey, qui a été à la pointe de la lutte contre la marée noire, a estimé que BP pourrait payer entre 1.100 et 4.300 dollars par baril déversé dans le golfe du Mexique, soit entre 5,3 et 21 milliards de dollars.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related