Subscribe

Brel, Gainsbourg et Dalida au cabaret

L’actrice et chanteuse française Yvonne Constant chante les icônes de la variété française des années 60 et 70 le temps de quatre concerts à New York. De Serge Gainsbourg à Joe Dassin, son spectacle est une anthologie des tubes populaires de la bohème parisienne.

À 75 ans, Yvonne Constant peut s’enorgueillir d’avoir converti les Américains au musical à la parisienne. Après avoir chanté Piaf et Aznavour, la vedette française de Broadway arrivée à New York en 1960 s’attaque au répertoire musical français des années 60 et 70. L’occasion d’un petit voyage dans le temps, au royaume des flambeaux perdus de la chanson du Paris populaire. « Dans les années 60, on découvrait d’excellents chanteurs comme Guy Béart. C’était une période très riche pour les compositeurs et paroliers. Aujourd’hui, le cabaret a perdu de son éclat en France. Dans l’esprit des gens, il est devenu synonyme de nu, quand il n’évoque pas le porno », regrette la chanteuse.

À New York, au contraire, le cabaret est le seul endroit où l’on vient encore écouter de la chanson à texte, affirme Yvonne Constant. La transposition de ses chansons en français pour le public américain a fait l’objet de nombreuses adaptations : traduction du texte, retranscription, explication et mise en contexte de l’histoire de Paris en anglais. « Je fais en sorte que le public comprenne le sens de ces textes et ce qui se passait en France à l’époque. Pour ce spectacle, par exemple, je vais expliquer les évènements de Mai 68. Je parle de Daniel Cohn-Bendit qui siège aujourd’hui au Parlement européen ».

Faite chevalier des Arts et des Lettres en 2007, Yvonne Constant est devenue une anthologie vivante de la chanson à texte. Pour ce deuxième volet de la série consacrée au « Paris des 60’s et des 70’s », elle réinterprètera pendant une heure une vingtaine de titres parmi lesquels :  « Les Ballons rouges » de Serge Lama,  « Merde à l’amour » de Serge Gainsbourg, « Seul sur son étoile » de celui qu’elle surnomme “M. 100 000 volts”, le chanteur Gilbert Bécaud, devenu un titre gigantesque en Amérique sous le titre « It must be him ».

On pourra aussi entendre Joe Dassin, Melina Merkouri, « À Paris » d’Yves Montand, « Il venait d’avoir dix-huit ans » et « Pour ne pas vivre seule » de Dalida, « Mon Vieux », composée par Jean Ferrat, de Danielle Guichard. « Bruxelles » et « La Valse à mille temps » de Jacques Brel, en clôture du spectacle. Ceci dans l’atmosphère intimiste et confinée du Metropolitan Room, accompagné par Russ Kassoff au piano.

Informations pratiques :

Spectacle « Paris in the 60’s and 70’s » d’Yvonne Constant le 23 mai à 21 h 30 et les 24 mai, 6 et 7 juin 2010 à 19 h au Metropolitan Room de New York.

Metropolitan Room :

34 West et 22nd Street

Tél. : (212) 206-0440

Site : www.metropolitanroom.com

Métro : 23rd Street Station

Yvonne Constant : www.yvonneconstant.com

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related