Subscribe

Bulles fondatrices exposées au Center for Book Arts à New York

“Faire une bande dessinée, c’est se souvenir”, selon le dessinateur américain Chris Ware. Le Center for Book Arts propose jusqu’au 29 juin de remonter le temps avec son exposition intitulée From Bande Dessinée to Artist’s Book, testing the limits of Franco-Belgian Comics.

De la vénérable Bécassine (1905) aux traits ensanglantés de Michaël Matthys dans La Ville Rouge, on découvre l’évolution de la BD franco-belge, dotée aujourd’hui d’un formidable héritage pictural et narratif.

Dans un petit espace encerclé par les différents ateliers artistiques du Center for Book Arts, le visiteur est accueilli par une institution sur papier, Tintin. Trois éditions du Sceptre d’Ottokar sont présentées : un fac-similé de l’édition originale de 1939, celle de 1975 et celle de 2005. Des notices explicatives rappellent l’importance des deux publications qui ont défini les standards de l’école belge, Le Journal de Tintin (1946-1993) et son concurrent, Le Journal de Spirou (1938). En quête de respectabilité, la bande dessinée belge adopte la couverture rigide et prend son envol dans l’après-guerre.

Avec les aventures de Blake et Mortimer (1946) d’Edgar P. Jacobs, la bédé n’est plus seulement réservée aux enfants, elle s’adresse aussi aux adultes, s’attaque aux sujets scientifiques et s’inspire des romans policiers et futuristes. Plus tard, la montée des éditeurs indépendants comme L’Association, à Paris, entraîne une renaissance de la bande dessinée dans les années 1990.

L’exposition permet de retrouver des univers familiers et de découvrir des artistes visuels expérimentaux. Elle interroge l’influence de la bédé franco-belge au delà de ses territoires d’origines, sans tracer une rupture nette entre bande dessinée et livre d’artistes-dessinateurs. La dernière partie présentée, Crossing Borders, permet de retrouver des travaux d’artistes héritiers de cette école. Une grande variété de formats est explorée, d’une grande édition des Idées Noires de Franquin aux accordéons ou petit strips de Will Dinski dans At The End of an Action Movie.

The Center for Book Arts
28 W. 27th St., 3ème étage,
New York, NY

Entrée libre

www.centerforbookarts.org

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Art Spiegelman, du dessin underground au muséeArt Spiegelman, du dessin underground au musée Le Jewish Museum de New York présente une rétrospective passionnante de l’œuvre dessinée d'Art Spiegelman du 8 novembre au 23 mars 2014. "Le roman, c’est un miroir que l’on promène le […] Posted in Culture
  • Angoulême fait des bullesAngoulême fait des bulles Le nouveau musée de la bande dessinée ouvre ses portes dans la cité du 9e art. C'est un lieu qu'on croirait destiné aux dégustations de champagne. C'est pourtant de toutes autres bulles […] Posted in Culture