Subscribe

Burton Haimes “Le football a un superbe avenir aux Etats-Unis”

Ancien président de l’American Youth Soccer Organization (AYSO), depuis plus de 30 ans, l’avocat américain et francophile Burton Haimes travaille à la mise en place de projets afin de développer ce sport à travers les Etats-Unis. Selon lui, le ballon rond s’installe progressivement dans le cœur des Américains.

France-Amérique : Burton Haimes, pouvez-vous nous parler de votre rôle dans le développement du soccer aux Etats-Unis ?

Burton Haimes : J’ai commencé à m’impliquer dans le soccer en 1975 en devenant l’entraîneur d’équipes de lycée aux environs du Westchester County. Peu de temps après, je suis entré en contact avec l’American Youth Soccer Organization (AYSO) et j’ai commencé à collaborer avec cette entité qui organise depuis 1964 des camps d’entraînement et des tournois de football, à travers les Etats-Unis, pour les jeunes de 4 à 19 ans. J’ai rapidement intégré le comité de direction de cet organisme jusqu’à en devenir le président, tout en intégrant en parallèle la direction de la Fédération américaine de football. Aujourd’hui, l’AYSO est présente dans tout le pays et possède plusieurs milliers de membres qui se retrouvent autour du ballon rond quasiment toute l’année.

Comment percevez-vous l’évolution de la pratique de ce sport à travers le pays ?

L’évolution de la pratique du foot aux Etats-Unis est très intéressante à analyser. Lorsque j’ai débuté il y a quarante ans, peu de monde s’intéressait à ce sport et les organismes nationaux ne savaient pas trop comment développer la discipline. Il y a eu des coups d’éclat, comme la création de la National American Soccer League (NASL) à la fin des années 1970 et l’émergence des New York Cosmos par exemple, mais ces projets n’ont pas vraiment permis au soccer d’exploser dans le pays. Je pense que le changement est apparu lorsque les Etats-Unis ont organisé la Coupe du monde en 1994. L’exposition médiatique a éveillé la curiosité des Américains.  Beaucoup de gens ont commencé à suivre ce sport et à le pratiquer. Progressivement, les jeunes s’y sont également intéressés et le nombre de licenciés augmente, année après année. Aujourd’hui, le football est l’un des sports les plus pratiqués chez les jeunes, même si le football américain, le basket-ball et le base-ball sont également encore très appréciés.

Quels sont les grands défis à venir pour le soccer aux Etats-Unis ?

Je pense que le soccer a un superbe avenir aux Etats-Unis et qu’une solide culture de ce sport se met en place depuis plusieurs années. Mais deux éléments pourraient encore accélérer ce processus. Tout d’abord, une belle performance de l’équipe nationale à la prochaine Coupe du monde au Brésil. Si la sélection américaine réalise un bon parcours l’an prochain, le public va suivre et le nombre de pratiquants va encore augmenter. Ensuite, il faudrait peut-être que quelques joueurs américains évoluent dans de grandes formations européennes, comme Manchester United ou le Bayern Munich par exemple. Cela créerait un effet sans précédent chez les jeunes qui pourraient alors s’identifier à un compatriote et ainsi avoir une idole nationale dans ce sport.

Quel est le rôle de la France dans le développement du soccer ?

La France et les Etats-Unis mettent progressivement en place des projets d’échange en termes de technique. La Fédération française de football possède en effet un système de formation de premier plan. Elle forme de très bons joueurs, de très bons entraîneurs et des dirigeants très compétents. Les institutions liées au soccer aux Etats-Unis sont donc très naturellement intéressées par l’expertise « à la française » et veulent que les formateurs américains s’en inspirent.

 

En chiffres

2,2 millions : Nombre de licenciés que comptent les USA. C’est le deuxième pays au monde qui compte le plus de licenciés après l’Allemagne (2,5 millions).

+ 37% : Hausse des audiences télévisuelles liées au football aux Etats-Unis depuis 2006 (source : Nielsen Media Research).

9 000 : C’est le nombre de clubs de football (amateurs et professionnels) que comptent les Etats-Unis. La France, quant à elle, en compte quasiment le double (17 000) (Source : Fédération américaine de football).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related