Subscribe

Californie : un acteur séropositif sème l’inquiétude dans l’industrie du porno

L’inquiétude montait jeudi dans l’industrie californienne du cinéma pornographique, après la découverte de la séropositivité d’un acteur, qui a poussé au moins quatre sociétés de production à suspendre leur tournages.

Hustler Video et Digital Playground ont annoncé jeudi avoir suspendu leurs tournages, au lendemain d’une annonce similaire de deux géants du secteur, Vivid Entertainment et Wicked Pictures, basées dans la vallée de San Fernando, à deux pas des studios hollywoodiens, dans la banlieue nord de Los Angeles.
La décision a été prise après qu’un acteur eut été testé séropositif à la clinique Adult Industry Medical Healthcare Foundation (AIM), dédiée au suivi médical des acteurs de l’industrie pornographique. “Nous avons suspendu tous les tournages dans l’attente de savoir avec qui cet acteur a été en contact”, a déclaré à l’AFP Samantha Lewis, la directrice de Digital Playground. “D’autres compagnies vont sans doute nous emboîter le pas”, a-t-elle auguré. Elle a précisé que l’acteur contaminé n’avait travaillé sur aucun film de Digital Playground, et a estimé qu’il était improbable qu’il ait été contaminé sur un plateau, où les dépistages sont effectués régulièrement. “On nous dit que cela n’aurait rien à voir avec son activité dans l’industrie. Espérons que cela soit vrai et que nous n’ayons pas à nous inquiéter davantage”, a-t-elle ajouté.
Ce cas de contamination, le premier depuis plus d’un an dans l’industrie très lucrative du cinéma pornographique, a redonné de la voix aux associations plaidant pour un contrôle plus strict du port du préservatif sur les tournages — un sujet qui a été porté devant les tribunaux de Los Angeles. “Combien de gens vont devoir être infectés par le virus du VIH avant que le comté de Los Angeles ne fasse son travail et protège les acteurs et la santé publique?” s’est indigné Michael Weinstein, président de la AIDS Healthcare Foundation.

La clinique Adult Industry Medical Healthcare Foundation (AIM) a pour sa part précisé qu’elle ferait tout son possible pour dépister dans les meilleurs délais les acteurs ayant été en contact avec l’acteur contaminé. “Pour l’instant, il est impossible de savoir si le patient a été contaminé sur ou en-dehors des plateaux”, a fait valoir l’AIM dans un communiqué. “L’industrie a réagi de façon prudente et responsable, comme à chaque fois, en suspendant les tournages des comédiens ayant été en contact avec le patient”, ajoute-t-elle. “Après la fin des tests, dans 10 à 14 jours, nous pourrons déterminer si d’autres personnes ont été contaminées”.

Mme Lewis a affirmé que l’industrie du porno était très sûre, tout en reconnaissant qu’on ne pouvait forcer un acteur à porter un préservatif. “Beaucoup d’acteurs préfèrent ne pas porter de préservatif pour des raisons de confort. Il est difficile de les forcer”, dit-elle.
En 2004, les autorités californiennes de la santé avaient proposé des mesures pour contrôler l’industrie pornographique, parmi lesquelles l’usage obligatoire du préservatif pendant les tournages, après la découverte de plusieurs cas de séropositivité. La nouvelle avait déclenché un vent de panique dans l’industrie, qui avait interrompu les tournages pendant 60 jours, afin de permettre à des dizaines d’acteurs de se faire dépister.
Mais plusieurs sources au sein de cette industrie avaient alors révélé que les producteurs de films pornographiques payaient davantage les acteurs qui acceptaient de jouer sans préservatif.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related