Subscribe

Candidature dissidente à droite de Damien Regnard

Mécontent de l’investiture de Frédéric Lefebvre par l’UMP, l’élu AFE de la circonscription de Houston Damien Regnard a décidé de se présenter en tant que candidat dissident droite à l’élection législative partielle en Amérique du Nord.

Les choses se compliquent pour Frédéric Lefebvre. Après le non-soutien de Guy Wildenstein et Nicole Hirsh, les deux représentants UMP de la côte Est des Etats-Unis, l’ancien secrétaire d’Etat va devoir faire face à une candidature dissidente. Elu AFE dans la circonscription de Houston, qui regroupe les Etats de Lousiane, Arkansas, Texas et Oklahoma, Damien Regnard a annoncé ce mardi sa candidature à France-Amérique.

Ce chef d’entreprise de 47 ans qui réside à La Nouvelle-Orléans depuis 1996 assure pouvoir rassembler la droite et le centre. “Dans ma circonscription AFE, il y a un fort rejet et une incompréhension du parachutage et du candidat Frédéric Lefebvre”, a affirmé à France-Amérique le président de l’Union des Français de l’Etranger (UFE) de Louisiane depuis 1999 et ancien président de la Chambre de commerce franco-américaine pour la Louisiane (2000-2010)

Selon lui, la nouvelle élection est bien différente de celle de juin dernier. “La dernière fois, on s’est rangé derrière le candidat de l’UMP car il fallait essayer d’obtenir la majorité à l’Assemblée nationale. Cette fois, un siège de plus ou de moins pour l’UMP ne changera rien. Il est donc nécessaire d’élire quelqu’un qui connaît les dossiers et les attentes des Français d’Amérique du Nord”, déclare Damien Regnard. Ce dernier confirme avoir présenté sa candidature à l’investiture UMP en juin dernier et une nouvelle fois au mois de février. “Mais la commission nationale d’investiture a préféré ne pas changer une équipe qui perd”, affirme celui qui n’est plus membre de l’UMP depuis janvier 2013.

Sa suppléante sera Virginie Beaudet, qui vit au Canada depuis 40 ans. Cette dernière a été présidente de l’Association des parents d’élèves du collège international français de Montréal. Elle est aujourd’hui membre de l’UFE.

Très attentif sur les questions d’éducation, Damien Regnard s’était à plusieurs reprises indigné de la politique de Corinne Narassiguin à ce sujet. Il avait notamment lancé le 13 juillet dernier une pétition sommant la majorité PS de repousser la suppression de la PEC à 2013 afin de laisser le temps aux parents de se préparer à la baisse de l’aide financière venant de l’Etat. Il s’était également opposé début février à l’ex-députée Corinne Narassiguin sur la réforme des bourses scolaires dénonçant une mesure inéquitable et dangereuse pour les familles concernées en Amérique du Nord.

Damien Regnard n’est pas le seul candidat dissident droite. Gérard Michon, déjà candidat en juin dernier, a d’ores et déjà annoncé qu’il se représenterait à la nouvelle élection. Anne Rivière, représentante de l’UMP sur la côte Est, pourrait elle aussi annoncer sa candidature cette semaine. Même chose pour Julien Balkany, qui n’a pas encore annoncé sa décision, après n’avoir pas réussi à obtenir l’investiture UMP.

Enfin, la candidature de Louis Giscard d’Estaing, en tant qu’indépendant ou sous l’étiquette UDI, pourrait diviser encore un peu plus la droite, qui pensait pourtant avoir retenu les leçons du scrutin de juin dernier.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related