Subscribe

Cannes : Robert De Niro est président dans l’expectative

“Je ne sais pas précisément ce que j’attends” de la sélection, “on verra au fur et à mesure”, a répondu Robert De Niro, président du jury, en conférence de presse. Il se dit impatient de découvrir les vingt films de la compétition officielle.

“Voir autant de films en si peu de temps, être ainsi à l’abri de toute distraction, c’est plutôt inhabituel pour moi, et fabuleux”, a ajouté le comédien new-yorkais de 67 ans.

Il s’est montré humble face à l’importance de la tâche et à l’injustice intrinsèque à toute distribution de prix. “C’est une lame à double tranchant. Certains ne seront pas reconnus” par le palmarès, a-t-il affirmé, “c’est comme ça”.

“On ne peut pas faire un palmarès parfait”, a renchéri le cinéaste français Olivier Assayas à ses côtés, affirmant que le jury essayerait d’être “le plus juste et le plus généreux” possible, pour récompenser les “films les plus forts, les plus stimulants”.

“Les grands films imposent leurs propres critères”, a-t-il ajouté.

L’écrivain Linn Ullman, fille du cinéaste Ingmar Bergman et de l’actrice Liv Ullman, a expliqué qu’elle ne serait pas seulement sensible aux scénarios, mais aussi “au jeu des acteurs, à la lumière, la mise en scène, la langue, la musique”. Comme la littérature, “le cinéma mobilise tous les sens et l’intellect”, a-t-elle ajouté.

Interrogée sur l’influence de ses célèbres parents, elle a raconté une enfance de cinéma un peu particulière: en Scandinavie, “on skie beaucoup. Mais je n’ai jamais skié avec mon père”, a-t-elle confié. “Il m’emmenait dans sa petite salle de projection et je voyais deux films par jour, pendant tout l’été. Depuis toute petite jusqu’à sa mort, j’ai fait ça. Et il me disait: +ce sera ton éducation+

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related